Environnement

100 % d'emballages plastiques recyclés en France : une utopie ?

©Teerasak Ladnongkhun/Shutterstock

La Commission européenne souhaite arriver à « 100 % d’emballages plastiques recyclables d’ici 2030 », a-t-elle annoncé la semaine dernière. Un objectif ambitieux à établir, notamment pour l’Hexagone. 

100 % d’emballages plastiques recyclables d’ici 2030, c’est l’objectif fixé par la Commission Européenne la semaine dernière. Ces mesures s’inscrivent dans le vaste plan d’économie circulaire du continent. Rendre le recyclage rentable pour les entreprises, réduire les déchets plastiques, éliminer les dépôts de déchets en mer, stimuler les investissements et innovations, et enfin, encourager l'action au niveau mondial, sont les engagements pris par l'Union Européenne. 

L'Hexagone présentera au mois de mars, une feuille de route sur les mesures qu'elle prévoit de mettre en place cette année. L’objectif français est ambitieux, et pour certains, moyennement réaliste : « 100% de plastiques recyclés d’ici 2025 ». 

La France, loin derrière le modèle norvégien

La France est mauvaise élève en termes de recyclage du plastique, loin derrière ses voisins nordiques (à l’image de la Norvège, première de la classe). Le pays se défend toutefois en matière de valorisation énergétique. Cette technique permet de produire de l’énergie par la combustion de la matière, offrant ainsi une alternative aux énergies fossiles (gaz, charbon, pétrole). Au contraire, le recyclage consiste à réutiliser la matière plastique pour en refabriquer en quantité similaire.

©Gael Nicolet/ID

25ème du classement européen de recyclage des déchets, la France à des progrès à faire. Près de 12,6 % de la production totale du continent provient de chez nous. 

©Gael Nicolet/ID

Valoriser les déchets en énergie, une solution plus durable ?

Hervé Millet, directeur des Affaires techniques et règlementaires Europe de l’Ouest de PlasticsEurope explique que « le recyclage a, dans certains cas, un impact environnemental plus élevé que la valorisation énergétique ». PlasticsEurope doute de la faisabilité des objectifs fixés par la France : « plutôt que de viser 100 % de recyclage, notre vision est bien de viser 100 % de valorisation des déchets plastiques. » ajoute Hervé Millet. 

Laura Châtel, responsable du plaidoyer chez Zero Waste France, elle, émet des réserve quant aux solutions avancées par PlasticsEurope : « La valorisation énergétique pose problème car il s'agit finalement de brûler une énergie fossile pour produire de l'énergie. Ce type de valorisation émet des gaz à effet de serre et ne règle pas le problème de la consommation des ressources ». Pour elle, la solution se trouve plutôt à la source de la production du plastique, dont la matière première constituante est le pétrole : « Il faut limiter le nombre de résines différentes mises sur le marché, qui rend le tri impossible ou très cher et qui empêche le recyclage de qualité. D'autre part, il faut réduire notre consommation de plastique en amont en limitant l'usage unique. »

La production de masse du plastique n'a cessé de s'accroître ces dernières années, apportant son lot de menaces écologiques. Le plan d'action européen vers le plastique recyclable devraient donc encourager un recul.

©Gael Nicolet/ID

Si Laura Châtel admet que « l'objectif de 100 % de plastiques recyclés paraît ambitieux », elle souligne toutefois que « ça permet de soulever les bonnes questions en France et en Europe ». Reste à savoir si les plans gouvernementaux vers le 100 % de plastiques recyclés seront à la hauteur des enjeux environnementaux.