Entreprises

Rennes accueille une des premières drogueries zéro déchet de France

Maud Pouteau Cadic et Amandine Chaudet, les cofondatrices de Mamie Mesure.
©Mamie Mesure

Depuis quelques semaines à Rennes, une droguerie d'un nouveau genre fait parler d'elle : celle-ci s'est spécialisée dans le zéro déchet et pas seulement en proposant du vrac alimentaire. Jardin, salle de bains, cosmétiques... On retrouve chez "Mamie Mesure" tous les essentiels d'une maison minimaliste.   

Les Français sont-ils prêts pour la transition zéro déchet ? ID a posé la question à Maud Pouteau Cadic, cofondatrice de l'enseigne et formatrice des porteurs de projets au sein du Réseau Vrac, l'association des professionnels du vrac.

Quand avez-vous ouvert exactement et quel est votre concept ?

Nous avons ouvert nos portes le 22 décembre 2018, l'idée était de pousser la démarche zéro déchet un peu plus loin que ce que l'on avait déjà avec notre épicerie alimentaire à Vitré, près de Rennes. Nous voulions proposer des produits pour équiper la salle de bains, la cuisine, pour le bien-être, le soin... Des produits responsables, durables, et avec le moins d'emballages possible. Il y avait vraiment une demande pour cela.

Vous vous présentez comme la première droguerie zéro déchet de France, l'êtes-vous vraiment ?

Si l'on parle de "droguerie", oui : en tout cas en termes de magasin non alimentaire et zéro déchet sur le territoire français, oui, nous sommes les premiers ou peut-être les deuxièmes car un magasin similaire a aussi ouvert ses portes récemment à Paris, il s'agit de "The Naked Shop". Nous faisons partie des pionniers. Et en tant que formatrice au sein du Réseau Vrac, je constate que dans les projets à venir il y a effectivement ce type d'offres, des drogueries zéro déchet mais également plein d'autres niches qui se développent. Il y a plusieurs marchés potentiels qui se tournent vers le vrac, par exemple la nourriture pour animaux. 

©Mamie mesure

Le vrac commence-t-il à prendre de l'ampleur en France ?

Le Réseau Vrac comptabilise environ 180 épiceries vrac sur le territoire français. Les premières sont apparues en 2014-2015 et elles se sont véritablement multipliées : on a un ordre de croissance du nombre de ces magasins de plus de 400 % en quatre ans ! Ce n'est pas simplement une tendance, cela répond à un besoin. Le vrac existe depuis l'Antiquité, c'est une manière de consommer qui peut s'adapter à tout un tas de produits et on sent vraiment un retour à ce mode de consommation. Aujourd'hui, on a même des industriels qui se demandent comment utiliser des conditionnements plus gros pour leurs produits afin de répondre à ce marché du vrac en pleine croissance. 

Pourquoi ce besoin se fait-il ressentir maintenant ?

Parce qu'il y a eu une prise de conscience de l'impact du plastique à la suite de nombreuses campagnes sur le tri des déchets et des personnalités fortes comme Béa Johnson qui ont écrit des ouvrages très lus et très partagés (Béa Johnson, originaire d'Avignon et installée aux États-Unis, est l'auteure de l'ouvrage Zéro déchet : comment j'ai réalisé 40 % d'économie en réduisant mes déchets à moins d'un litre par an !, paru en 2013 en France). Les réseaux sociaux ont aidé à cette prise de conscience.

©Mamie Mesure

Revenons-en à "Mamie Mesure" : que proposez-vous concrètement dans votre commerce ?

Des produits zéro déchet pour les bébés : des lingettes et des couches lavables, des biberons en inox, des coquillages d'allaitement, des jeux en bois fabriqués localement, des petits contenants réutilisables pour les compotes... Côté beauté, nous proposons des cosmétiques véganes, bio, et zéro déchet. Ils sont rechargeables : par exemple, j'achète une première fois mon mascara dans un joli étui en bambou et je viendrai rechercher uniquement la recharge. Nous essayons de travailler avec des fournisseurs que nous connaissons, avec des producteurs locaux notamment pour les savons et les shampoings solides et les déodorants... Nous proposons aussi des pailles lavables ! Et nous mettons à disposition des clients des gobelets consignés fournis par la jeune start-up rennaise Newcy : on peut prendre son café dans le magasin, l'emporter, se balader et le déposer dans le collecteur en repassant devant la droguerie. Nous organisons également des ateliers pour apprendre soi-même à fabriquer ses produits, avec des spécialistes : une lessive, un masque nettoyant aux orties, un nettoyant multi-usages... 

©Mamie Mesure

Comment les clients accueillent-ils votre droguerie ?

Nous avons ouvert juste avant les Fêtes, donc nous avons eu un fort succès tout de suite, les gens voulaient faire des cadeaux zéro déchet de dernière minute. Depuis, nous construisons petit à petit notre clientèle et les gens sont plutôt contents de ce qu'ils trouvent. Le commentaire, c'est principalement : "Ça manquait". 

Mamie Mesure

1, bis rue Poullain Duparc à Rennes