Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

Mode éthique : des marques plaident pour une meilleure régulation du secteur

©SaMBa/Shutterstock

Dans une tribune publiée dans Le Monde, plusieurs marques de mode françaises réclament au gouvernement une meilleure régulation pour rendre le secteur plus vertueux. 

"Plus une entreprise pollue, moins sa production lui coûte cher et plus elle est compétitive", regrettent mercredi des petites entreprises textiles comme 1083, Jules & Jenn, appelant le gouvernement à plus de régulation dans leur secteur pour mettre un terme à cette "prime au vice". "Nous demandons, nous jeunes marques textiles, que la loi oblige les entreprises de l'habillement, les nôtres y compris, à payer réellement les coûts environnementaux qu'elles génèrent", écrivent dans une tribune publiée par Le Monde plusieurs dizaines de petites entreprises du textile. "Notre industrie émet toujours plus de gaz à effet de serre", la quantité de vêtements produite "continue à augmenter chaque année" et la fabrication est "majoritairement délocalisée à l'autre bout du monde, dans des usines qui tournent au gaz ou au charbon", déplorent-elles.

Augmenter l'éco-contribution

Or, les engagements que prennent la plupart des marques signataires - production plus locale, meilleur respect du droit du travail, ralentissement du "cycle infernal des soldes et des promotions" - les désavantagent par rapport aux géants de la "fast fashion" et aux entreprises qui continuent de faire produire à bas coût dans des usines plus polluantes. La logique pernicieuse est plus large, ajoute Julia Faure, fondatrice de la marque LOOM et parmi les instigateurs de la démarche. "Pour nous qui sommes de petites marques, c'est plus facile de faire bien", explique-t-elle à l'AFP. "Si H&M décidait de relocaliser en France la production d'un sweat-shirt produit aujourd'hui au Bangladesh, il lui coûterait dix fois plus cher. Pour que les grandes marques arrivent à faire mieux, il faut une régulation qui arrête de favoriser ceux qui font mal."

Les signataires demandent notamment de porter à 5 euros l'éco-contribution pour les marques ayant les plus mauvaises pratiques, "afin qu'elle soit vraiment incitative": ainsi un produit très coûteux sur le plan environnemental serait moins attractif pour les consommateurs en termes de prix. Elles demandent en outre à l'indexer "prioritairement sur les émissions de gaz à effet de serre, dont 70 % proviennent de la phase industrielle, les matières premières représentant à peine 30 %". "Cela favoriserait par la même occasion la relocalisation de l'industrie en France où l'énergie est moins carbonée", du fait d'un mix énergétique largement dominé par la production nucléaire.

Modèles alternatifs

L'ONG Greenpeace rappelait récemment que "l'industrie de la mode jetable symbolise l'impasse de notre système économique", citant "pollution et destruction des écosystèmes, violation des droits humains, irresponsabilité des multinationales, obsolescence frénétique des produits". Parmi les signataires de la tribune, la marque de vêtements pour hommes Asphalte affiche désormais sur son site internet des éléments de traçabilité de la chaîne d'approvisionnement, souvent très complexe dans l'industrie textile, ainsi que l'impact environnemental des produits vendus, calculé avec l'aide d'une start-up spécialisée, Fairly Made. Pour produire un pull marin par exemple, l'entreprise indique qu'il est nécessaire d'émettre 22,5 kg d'équivalent CO2 ("soit 413 km parcourus en voiture"), et de consommer quelques 5770 litres d'eau, "soit 85 douches de 5 minutes". "On le fait parce qu'on croit dans cette idée de transparence positive pour l'industrie du textile", explique à l'AFP le fondateur de l'entreprise, William Hauvette. En outre, "c'est un peu un pari sur l'avenir, on pense que le gouvernement va légiférer de manière rigoureuse à l'avenir" au vu de la demande croissante des opinions publiques en la matière. La marque s'est bâtie sur un modèle plus vertueux, à la fois écologiquement et économiquement, puisqu'elle ne produit qu'à la demande, donc sans avancer d'argent. Le produit fini n'arrive dans la boîte aux lettres du consommateur que quelques mois plus tard, une fois confectionné.

Serait-ce envisageable pour les géants de la mode ? Asphalte n'a réalisé en 2020 que 13 millions d'euros de chiffre d'affaires, loin, très loin des ventes de H&M : 187 milliards de couronnes suédoises, soit 18,4 milliards d'euros.

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide « La mode éthique dans nos dressings ».

Au sommaire :  interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour se mettre à la mode éthique ! 

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici. 

Merci ! #TousActeurs.