Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

On passe en moyenne 25 ans dessus mais connaît-on vraiment sa composition ?

Le latex provient des arbres "Hevea Brasilensis" de plantations certifiées GOLS.
©Kipli

Consommer des produits bio et locaux, s'habiller plus "éthique", bannir les substances toxiques durant le ménage... Et si nous omettions un pan essentiel de notre vie ? Nous passons en moyenne huit heures par jour sur notre matelas : or, il y a de fortes chances pour que celui-ci soit en latex synthétique ou polyuréthane... et pas très éco-responsable ! 

Nous sommes très nombreux à dormir sur des mousses issues de dérivés de pétrole. À ces mousses, s'ajoutent des agents chimiques utilisés pour le collage et certains traitements. Le problème ? Celles-ci peuvent générer des émissions chimiques et des agents organiques volatils, d'où une mauvaise qualité de l'air intérieur à la maison. C'est en tout cas ce que déplorent les membres de l'équipe de Kipli, une marque de "matelas éco-responsables" née il y a un peu plus de deux ans en France. L'un de ses cofondateurs, Antoine Loredo, fait remarquer à ID : "Une personne qui va faire attention à elle va souvent être très attentive à son alimentation, de plus en plus au textile aussi et notamment aux vêtements… Sauf que l’objet qu’on utilise le plus dans une journée est le matelas. C’est un peu un achat inconscient que l’on fait, on va à la facilité, ce n’est pas vraiment réfléchi". 

Sa volonté : que les regards se tournent davantage vers le latex naturel, plus écologique, qui dure davantage dans le temps et ne génère pas d'émissions chimiques. Seul problème susceptible de rebuter les acheteurs : le latex naturel est bien plus cher que les matières synthétiques (latex, polyuréthane, mémoire de forme). Partant de ce constat, Antoine Loredo et ses collaborateurs ont fait le pari de démocratiser les matelas en latex naturel, en évitant les intermédiaires et en vendant leurs matelas directement en ligne. Kipli propose un modèle de matelas pour adulte - et désormais également un "matelas bébé"- en latex naturel certifié GOLS (Global Organic Latex Standard), conçu à la main et à la demande en Italie, dans la province de Turin, et garanti 10 ans. La certification GOLS apposée garantit notamment que dans la production de latex naturel, aucun engrais chimique n’est utilisé. Le latex est issu d'une plantation équitable et biologique du Sri Lanka.

Plusieurs certifications durables

La marque assure que les parties textiles de la doublure, en laine et en coton, sont également naturelles et certifiées OEKO-TEX. À ces certifications, viennent s'ajouter les suivantes : Eco-Institut, qui garantit l’absence d’éléments chimiques et d’émissions nocives ; LGA, qui assure la durabilité du matelas dans le temps ; ABC, qui garantit le caractère anti-bactérien du latex naturel, et le Bureau Veritas, qui contrôle le caractère anti-allergique. Kipli vend aussi des oreillers pour accompagner ses matelas écologiques et complètera prochainement son offre avec des sommiers en hêtre massif certifiés FSC (bois respectant les procédures garantissant la gestion durable des forêts). 

ID a souhaité en savoir davantage sur le pari "Kipli" : quatre questions à Antoine Loredo, cofondateur de la marque 

-Pourquoi, selon vous, achète-t-on généralement des matelas synthétiques ?

Les matelas synthétiques, c’est près de 90 % du marché. Beaucoup de nouveaux acteurs ont émergé ces dernières années, proposant des matelas à mémoire de forme en polyuréthane, et ils sont très bons en marketing alors on a l’impression que ce sont les meilleurs matelas, la meilleure technologie, alors que pas du tout. Pour ce qui des matelas en latex naturel, il existe à la base quelques marques traditionnelles, sauf que ce sont des produits à 2500/3000 euros pour un matelas double. Quelques acteurs digitaux ont ensuite émergé : les matelas sont un peu moins chers que ceux vendus en magasin, mais ils restent quand même aux alentours de 1800/2000 euros pour un matelas double.

©Kipli

-Latex naturel, latex d'origine naturelle, latex synthétique... Comment s'y retrouver ?

Beaucoup d’acteurs proposent du latex synthétique et jouent sur les mots. En gros, quand on voit du 100 % latex, ou du 100 % latex d’origine naturelle, c’est que c’est du latex synthétique. Celui-ci est fait à partir d’un petit pourcentage de latex naturel, à peu près 15 %. En France, pour pouvoir dire que l’on propose du latex 100% naturel, il faut proposer au moins 85 % de latex naturel. Beaucoup d’acteurs ne mettent que 85 % d’ailleurs, et complètent avec des mousses synthétiques. Chez Kipli, nous n’ajoutons aucun mousse synthétique. Notre latex naturel vient d’une plantation certifiée GOLS (latex bio) du Sri Lanka car l'hévéa, d'où le latex provient, pousse surtout en Asie du sud-est.

-Quel est votre atout par rapport aux autres acteurs qui proposent du latex naturel ?

On a souhaité faire un produit plus naturel et au prix le plus juste, avec une âme de latex plus épaisse, de 20 cm – pour une épaisseur totale de 22 cm avec le garnissage -,  quand les concurrents mettent entre 15 et 18 cm de latex. Le coût le plus élevé dans le matelas est le latex naturel, donc beaucoup d’acteurs complètent avec du garnissage et mettent moins de latex. Et puis il y a le prix : le latex naturel est une matière cinq à six fois plus chère que les matières synthétiques. Un 160 x 200 cm, on le propose à 1190 euros, soit plus de deux fois moins cher que l’équivalent en magasin. On n’a aucun intermédiaire et on vend directement en ligne.

-Pourquoi vaut-il mieux privilégier le latex naturel ? 

Le latex naturel, en plus d'être hypoallergénique, est anti-acarien : pour que des matières synthétiques soient anti-acarien, il faut un traitement en plus. En plus, le synthétique est imperméable, il ne fait pas passer la transpiration. Alors que le latex naturel a des cellules ouvertes, donc un très bonne respirabilité, c’est aussi ça qui lui permet d'avoir un caractère anti-fongique. En termes de confort, c’est optimal, on a l’impression d’être pratiquement sur rien. Par ailleurs, faut savoir qu'il y a un gros lobbying autour des matelas. Il y a malgré tout quelques études autour des composés organiques volatils qu'on retrouve dans les matelas synthétiques et leur pollution en général. Les mousses synthétiques combinées aux retardateurs de flamme, c’est un cocktail explosif. Sans compter qu'ils représentent un désastre écologique, que ce soit pour la fabrication ou la fin de vie. 110 000 tonnes de matelas synthétiques enfouis par an, rien qu’en France ! Enfin, un matelas synthétique va durer environ sept ans, et même les mémoires de forme on voit après quelques années que ça s’affaisse rapidement. Un matelas en latex naturel durera quant à lui entre 12 et 15 ans.

En partenariat avec Kipli.