ID D'AILLEURS

Bologne : Fairbnb, une alternative éthique à la plateforme Airbnb

©Song_about_summer/Shutterstock

Cette nouvelle plateforme de location de logements est actuellement développée par une communauté d’activistes, de chercheurs, de développeurs informatiques et de designers. Elle sera testée ce printemps dans cinq villes européennes : Amsterdam, Barcelone, Valence, Venise et Bologne (où se trouve le siège de la plateforme). 

La moitié des bénéfices engendrés par les locations sera destinée au voisinage et investie dans des projets de développement locaux. Les habitants et les municipalités seront invités à voter pour les initiatives à soutenir et les projets à financer, tels que des cafés sociaux, des cours pour enfants, des jardins partagés, et d'autres projets durables. 

Si son fonctionnement exact est encore en discussion, la plateforme sera détenue et gérée par ses membres : il s’agira d’une propriété collective. Il est indiqué dans le manifeste de Fairbnb que la gouvernance sera quant à elle démocratique : elle s’appuiera sur un modèle de collaboration et les membres des différentes communautés pourront décider de la gestion de la plateforme dans leurs quartiers respectifs. La future plateforme annonce également vouloir travailler conjointement avec les gouvernements locaux pour "promouvoir des règles encourageant le tourisme responsable et durable". Enfin, des promesses de transparence ont été faites, concernant cette collaboration avec les autorités mais également concernant les revenus qui seront générés. 

Dans une époque marquée par le tourisme de masse, Fairbnb pourrait offrir une alternative plus éthique et plus proche des habitants que les plateformes déjà existantes. En réaction à ce tourisme de masse, la plateforme appliquera d'ailleurs la politique de l'hôte unique : une personne ne pourra louer qu'un seul logement lors de son séjour. Un des objectifs principaux est également de lutter contre la gentrification dans les villes, liée à la hausse des prix de l’immobilier (phénomène urbain lors duquel des personnes aisées s’approprient un espace initialement occupé par des habitants moins favorisés et transforment ainsi le profil économique du quartier en question).

On s'est rendu compte que [les] plateformes dites "extractives" nées aux États-Unis n'avaient pas d'impact positif sur les destinations touristiques et leurs habitants, au contraire. L'essor d'Airbnb a participé à la hausse des prix de l'immobilier et donc à la gentrification des centre-villes Carlo Pesso, membre de Fairbnb, cité dans l'article de WeDemain

Une campagne de crowdfunding devrait être lancée prochainement pour soutenir la mise en place de la plateforme.