Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID D'AILLEURS

En Allemagne, un pâtissier imprime des tickets de caisse comestibles en réponse à une nouvelle loi

Ludovic Gerboin, inventeur des tickets de caisse comestibles en réponse à la nouvelle loi allemande.
©Ludovic Gerboin

Depuis le 1er janvier 2020, une loi allemande oblige les commerçants à imprimer les tickets de caisse. Pour protester contre cette loi, Ludovic Gerboin, un boulanger originaire de Mayenne et installé en Allemagne, a trouvé la solution : imprimer des tickets de caisse comestibles sur ses beignets. 

Un éclair de génie. Alors qu’en France, la remise d'un ticket de caisse pour les achats inférieurs à 30 euros pourrait devenir optionnelle à compter de janvier 2022, en Allemagne, la loi fait le chemin inverse. Depuis le 1er janvier 2020, les commerçants allemands se retrouvent dans l'obligation d’imprimer les tickets de caisse quelque soit leurs montants, sans même que les clients soient obligés de l'emporter. La suppression progressive de ces tickets en France est destinée à éviter un gaspillage inutile de papier, ainsi qu’à limiter les effets négatifs des perturbateurs endocriniens pouvant y être présents. En Allemagne, cette impression obligatoire est destinée à éviter la fraude fiscale estimée à dix milliards d’euros. 

@Ludovic Gerboin

Un immense succès

En réponse à cette récente loi, Ludovic Gerboin, boulanger-pâtissier installé en Bavière, a eu l'idée de créer un ticket qui se mange, pour éviter le gâchis de papier : "Beaucoup de boulangers ont protesté contre cette loi que je ne trouve pas très maligne, normalement je ne me mélange pas à la politique, mais là c’est vraiment n’importe quoi", confie le commerçant à ID. Un concept qui a rapidement séduit les clients et fait effervescence dans son commerce "Bäckerei Ways", situé dans la ville de Moosinning : "L’idée a émergé en décembre et les premiers beignets que l’on a mis en vente à la fin du mois de janvier ont duré une journée grâce à l’écho des médias", déclare le pâtissier. "Nous sommes passés de 300 à 900 beignets à produire la semaine suivante", ajoute-t-il. L’équipe s’est agrandie : en plus d’un boulanger, d’une pâtissière et d’un d’apprenti, Ludovic a fait appel à son voisin pour l’aider à la confection des beignets. 

Sur le ticket de caisse, imprimé via une imprimante alimentaire, les mots : "Respectueux de l'environnement, Développement durable, Délicieux !", accompagnent les prix. Tous les clients sont ravis, selon Ludovic Gerboin : "J’espère que nous allons pouvoir faire changer les choses."

Vous avez apprécié cette information ? Vous aimerez également notre guide pratique "Bébé (aussi) sera écolo!"

Au sommaire : qualité de l'air, hygiène, équipements, habillement, alimentation...Tout pour un quotidien écolo avec bébé !

Pour en savoir plus c'est par ici.

Merci ! #TousActeurs.