Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Entreprises

Cette entreprise reprend les appareils auditifs usagés pour les recycler !

Ces appareils sont adressés directement à différentes associations de malentendants.
©Monika Wisniewska/Shutterstock

La longévité des aides auditives est d'environ 4 à 6 ans : ce qui signifie que comme pour les smartphones, il faut les renouveler de temps à autre. Faut-il pour autant les laisser traîner au placard ? Une entreprise se propose de les reprendre pour leur donner une seconde vie. 

Plus de 800 000 appareils auditifs sont vendus en France chaque année : au bout d'un moment, ils s’usent, en fonction de leur entretien, et le renouvellement est nécessaire. Parfois aussi, les personnes qui en portent réalisent assez rapidement que la prothèse auditive choisie ne leur convient pas totalement. Elles vont alors racheter un nouvel appareil, ce qui d’une part a un coût non-négligeable, et d’autre part, signifie que l’ancien appareil va rester au placard "en roue de secours", mais finalement ne plus jamais servir.

Pendant ce temps, d’autres personnes malentendantes et défavorisées ont besoin d’appareils auditifs et ne peuvent pas avoir recours à des produits neufs.

Dans ce contexte, une entreprise française baptisée "Ideal Audition", spécialiste de l’appareillage auditif haut de gamme, a décidé de proposer à ces patients qui souhaitent changer d’appareil, une offre de reprise du précédent. "Cette offre leur permet de bénéficier d’une reprise de leurs anciens appareils, qui sont récupérés par nos centres et redistribués, peu importe si ces appareils ont été ou non achetés chez nous, peu importe la marque, explique Dan Bettach, directeur des centres Ideal Audition. Il faut toutefois qu’ils aient un aspect non-abîmé et qu’ils fonctionnent."

Pour des associations de malentendants

Ces appareils sont adressés directement à différentes associations de malentendants, en France et en dehors, qui s’occupent de les remettre en état et de les adapter. "Cette reprise doit s’accompagner obligatoirement d’un renouvellement, précise Dan Bettach. C’est dans le but de faire bénéficier des nouvelles technologies : cela peut aussi concerner des patients qui ont acheté leur appareil il y a peu, mais qui ne sont pas très satisfaits de la prestation."

En échange de cette reprise, les patients reçoivent un montant calculé en fonction de l’année d’acquisition et de l’état de l’appareil. "Par exemple, si le patient a un appareil assez récent qui a moins d’un an, le montant de reprise sera de 130 euros", remarque le directeur. Si certains patients souhaitent garder leur ancien appareil en dépannage, d’autres réalisent qu’ils n’en ont pas besoin et préfèrent bénéficier d’une réduction sur leur nouvelle acquisition.

L’entreprise dit ainsi récolter environ 500 appareils par an. "C’est une offre qui se veut utile, économique pour le patient, et écologique, note Dan Bettach. Cela remet dans le circuit des appareils auditifs encore en état de marche."

Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), "donner une deuxième vie à un bien plutôt que de le jeter est de plus en plus ancré dans les mœurs de consommateurs, ce qui se traduit aussi dans la hausse du nombre d’acteurs de la seconde vie des produits et donc de l’offre".

En partenariat avec Ideal Audition. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « L’écologie dans nos assiettes ».

Au sommaire : Tout pour faire sa transition alimentaire en douceur et répondre aux enjeux d’une alimentation plus durable !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs.