Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

chronique

Une rue "zéro déchet" à Paris

Depuis décembre 2018, une rue de Paris se met au zéro déchet.
©DR/Ville de Paris

Cela fait presque un an qu'une rue de Paris tente de passer en mode zéro déchet en impliquant les habitants, les commerçants et la Ville. Explications.

Le "zéro déchet"est un objectif que l’on ne peut pas atteindre en fait ! Un idéal en quelque sorte…vers lequel on veut tendre : produire moins de déchets. Adopter un mode de vie "zéro déchet" c’est assez intéressant car cela concerne une grande partie des gestes au quotidien… Cela implique des changements d’habitudes dans une société de la surconsommation où (presque) tout est jetable… Consommer moins mais mieux pour plusieurs raisons : se libérer du superflu, faire des économies et bien sûr préserver l’environnement…

Quelques chiffres :

  • On jette 30 kilos de nourriture par an et par personne en France, donc 10 millions de tonnes
  • 9 millions de pailles sont jetées quotidiennement rien qu’en France

Ça déborde et la solution n’est pas dans les décharges… On reste avec des déchets sur les bras… Sachant qu’avant de produire un déchet il a fallu produire un objet ou un aliment ce qui demande aussi des ressources.

Une rue "zéro déchet" à Paris

Elle est rue de paradis, dans le 10 ème arrondissement de Paris. C’est une initiative conjointe de la mairie d’arrondissement et de la ville de Paris qui en est au stade de l’expérimentation.

Une sorte de laboratoire grandeur nature pour mobiliser tous les gens qui y habitent ou y travaillent vers cet objectif de réduction des déchets… Au programme :

  • Des défis avec des familles impliquées
  • De la sensibilisation
  • La mise en place d’une collecte du compost
  • Des ateliers et formations proposées par l’association Zéro Waste Paris

C’est (presque) la mobilisation générale !

Le bilan 10 mois après son inauguration

La Ville de Paris m’a communiqué des chiffres à jour et nous sommes à 77 tonnes de déchets en moins pour les poubelles vertes et plus de 5 tonnes en moins pour les jaunes à l’échelle d’une rue ! Et puis, il y a ce qui ne se chiffre pas... Quand on fédère des gens autour d’un projet commun qui a du sens, avec un but souhaité… C’est quand même autre chose que le bâton…

C’est vrai qu’au début, quand on s’intéresse à ses poubelles ça fait bizarre, et très vite on y prend goût à moins les remplir, avec à la clé de l’estime de soi, de la liberté, des économies et du concret pour l’environnement !

Sur place, des avis mitigés

Une de nos journalistes y est allée et les témoignages penchent d’un côté : ça bouge dans les commerces mais aussi pour les consommateurs : doggy bags, sacs en toile, réductions, réutilisation… Le sujet n’est plus tabou en quelque sorte. C’est une préoccupation partagée.

Pour d’autres, c’est un gadget et l’ambition n’est pas assez affichée… Sur ce point c’est vrai qu’on pourrait attendre un peu plus de visibilité de cette opération qui a le mérite d’exister et qui semble quoi qu’on en dise avoir des résultats encourageants.

Pour visionner la chronique #TousActeurs de Valère Corréard sur France 3 Paris/Île-de-France, c'est ici :

rue zéro déchet

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.