Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Désobéissance civile : de jeunes Français ont fait irruption au Salon de l'agriculture

© Crédit Edouard Richard / Hans Lucas / AFP

Ce vendredi 1er mars a sonné comme le troisième acte de mobilisation pour le climat organisé par les jeunes Français.

Ce matin, une nouvelle action de désobéissance civile a été menée au Salon de l'agriculture afin de donner une "leçon" au gouvernement. Munis de quelques pancartes, de jeunes Français ont fait irruption à l'intérieur du salon afin de faire entendre leurs revendications. "L'agriculture telle qu'on la connaît est l'une des plus polluantes au monde", déclarait un manifestant dans une vidéo publiée sur Facebook. Une agriculture qui "détruit notre écosystème", estiment les étudiants. Ceux-ci se sont aussi donné rendez-vous à l'extérieur du salon, munis une banderole sur laquelle était inscrite "Bienvenue au salon de l'Agrobusiness".


Un troisième vendredi de mobilisation

L'agriculture et l'alimentation, c'est justement le cœur du sujet de ce troisième vendredi de mobilisation pour le climat organisé par les jeunes Français. En début de semaine, quelques associations étudiantes écologistes ont rédigé la troisième "leçon au gouvernement" dans laquelle elles appelaient ce dernier à s'engager pour une transition alimentaire : "Pour ce vendredi 1er mars, en plein Salon de l’agriculture, nous proposons au gouvernement de travailler sur les questions d’alimentation et d’agriculture", peut-on lire dans le texte. À travers ce manifeste, les étudiants réclament au gouvernement trois grandes mesures : permettre à chacun "d'adopter une alimentation issue de l'agroécologie, locale, éthique et non carnée", "prendre les décisions qui s'imposent pour préserver les terres agricoles, dont la fin des grands projets inutiles comme Europacity", ainsi que "réduire drastiquement le gaspillage alimentaire".

Si le gouvernement persiste dans son manque de volonté et maintient ses notes aussi proches de 0, un conseil de discipline sera organisé pour envisager une réorientation. Face à la catastrophe, cet enseignement est celui de notre futur, l’échec n’est donc pas une option. Nous saurons vous le rappeler incessamment.

Les étudiants se sont ainsi donnés rendez-vous place Saint-Michel à 14 heures, ce vendredi, pour une troisième marche pour le climat. Un quatrième acte est déjà prévu pour la semaine prochaine.