Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Culture

Transports, lumières, sonorisation...vers des concerts de plus en plus écologiques ?

Le transport du public représente une part importante de l'empreinte carbone d'un concert ou d'un festival.
©Pexels/Pixabay

Des événements musicaux plus durables sont-ils possibles ? De plus en plus d’initiatives écologiques se mettent en place sur les scènes françaises. ID fait le point.

Éclairage, sonorisation, transport du public… Les concerts sont une source non négligeable d’émissions de CO2. Mais est-il possible de mettre en place ces événements de manière plus durable ? C’est la question que se posent beaucoup d’acteurs du milieu de la musique. D’après un article des Inrockuptibles daté du 12 décembre 2019, la chute des revenus des artistes liés à la vente de disques fait des concerts l’un des seuls moyens de gagner sa vie pour certains musiciens. ID fait le tour des initiatives éco-responsables dans le monde de la scène.

En quête de solutions pour les transports

Se rendre à un concert ou à un festival nécessite parfois de longs trajets. En 2008, le groupe Tryo calculait le bilan carbone de sa tournée “Ce que l’on sème” avec l’aide de l’ADEME et estimait que le voyage des participants représentait 120 tonnes d’équivalent CO2. D’après le CNM (Centre national de la musique), le transport du public sur la tournée du groupe We invented Paris représentait 33% du bilan carbone en 2014. Les artistes eux-mêmes sont concernés. Leurs déplacements en avion lors des tournées est une source importante d’émission de CO2. C’est ce que relevait la chanteuse américaine Billie Eillish sur le plateau du Howard Stern Show en 2019 : "Avec le métier que j’exerce, je ne peux simplement pas faire autrement que de prendre l’avion." 

                 

Pour remédier à ce problème, le CNM prône la mise en place systématique d'un bilan carbone pour tous les concerts et autres événements musicaux. Le groupe anglais Massive Attack va adopter ce mode de fonctionnement pour leur tournée de 2022. Le transport des musiciens et du matériel se fera en train. Le groupe s'est également associé au cabinet d’étude Tyndall Centre qui sera chargé de cartographier leurs déplacements et de calculer leur empreinte carbone. 

Réduire la consommation d'énergie des salles de concert

Lorsque les lumières se tamisent et que la musique démarre, la dépense énergétique augmente encore. Le cabinet d’étude Tyndall Centre note que les artistes ne sont pas les seuls à devoir faire des efforts. Les salles de concert qui les accueillent se doivent de mettre en place des actions pour réduire leur consommation d’énergie et leur empreinte carbone. La salle de concert Aéronef à Lille ayant obtenu la certification ISO 20121 en 2016, investie dans des sous-compteurs en 2018 pour mieux identifier les postes qui consomment le plus d’énergie. La salle passe également de EDF à Enercoop, fournisseur d’énergie renouvelable locale.

Dans leur bilan carbone de 2008, le groupe Tryo constate que l’utilisation d’ampoules, lors des shows, représente 0,2 tonnes équivalent CO2, ils optent alors pour des LED qui permettent d’économiser environ 10 400 kWh d’après le CNM. Plus récemment, le festival We Love Green s’équipe à 95% de LED pour son édition 2022 qui aura lieu au bois de Vincennes du 2 au 5 juin 2022.

Le projet STARTER (Spectacles et Tournées d’ARTistes Eco-Responsables) lancé en 2020 par un ensemble de collectivités, d’associations et de syndicats du milieu, a pour but d’inciter à des démarches plus responsables. Ils recommandent notamment une sonorisation fixe des salles de concert pour éviter aux musiciens le déplacement de leur matériel en camion. Ils prônent également moins de fioritures sur scène comme des écrans géants ou des effets de lumière tape à l'œil. 

Le célèbre groupe Coldplay est aussi à l’origine d'initiatives pour réduire la dépense énergétique de leur tournée 2022, "Music of the Sphere". Ils prévoient notamment l’installation d’un sol cinétique qui permettra de créer de l’énergie au rythme des danses du public. 

Et le plastique ?

Les gobelets en plastique réutilisables ont depuis longtemps envahi les festivals d’été. Mais il reste encore plusieurs marges de manœuvre concernant l’utilisation de plastique lors d’événements musicaux. Le collectif Drastic on Plastic met en avant les initiatives que prennent les festivals pour se débarrasser petit à petit du plastique. We Love Green, signataire de la charte Drastic on Plastic, met à disposition des festivaliers de la vaisselle et des serviettes compostables et bio-méthanisées. Pour sa scénographie, le festival portera une œuvre d’art écoconçue à partir de 400 kg de plastique recyclé.

 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo.