Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Culture

Le réchauffement climatique va-t-il détruire le passé ?

Statues de l'île de Pâques, Chili
©3282700/Pixabay

La crise climatique porte aujourd’hui atteinte au patrimoine culturel et aux traces de l’Histoire humaine. Quels sont les sites menacés ? Comment les protéger ?

Le réchauffement climatique menace aujourd’hui les vestiges du passé. GEO révélait le 8 février 2022 que le mur d’Hadrien, frontière entre l’Écosse et l'Angleterre, bâti il y a mille neuf cent ans par les Romains, recelant de nombreux trésors antiques, risquait d’être détruit à cause du réchauffement trop rapide du sol. Ce site n’est pas le seul à subir des dommages climatiques. Venise, Athènes, l’île de Pâques… Voici 10 hauts lieux du patrimoine mondial menacés par la crise écologique, mais aussi comment certaines populations locales luttent pour leur préservation. 

La statue de la liberté, États-Unis

En 2014, un rapport du groupe d’expert Union of Concerned Scientists, alarmait quant au risque que représentait la montée des eaux pour le patrimoine américain. Une carte mettait en lumière les différents hauts lieux menacés. Parmi eux, la statue de la Liberté, offerte par la France et édifiée en 1886, qui pourrait un jour se retrouver sous les eaux aux côtés de l’île Ellis située à l’embouchure de la rivière Hudson. 

Rapa Nui (l’île de Pâques), Chili

Les ahu ou moai, ces statues bien connues de l’île de Pâques, pourraient disparaître sous les eaux. 90% des sites archéologiques de l’île se trouvent en zone côtière, la hausse du niveau de la mer est donc une menace non négligeable. 

C’est ce que met en avant la filière Art et Culture de Google depuis 2020 avec leur projet “Heritage on the Edge”, dont Rapa Nui fait partie. Une menace commune rassemble les cinq sites historiques répertoriés par la plateforme qui propose de les découvrir. Des représentations en 3D, des histoires, des photos, tous les moyens sont bons pour faire connaître au monde les problématiques environnementales que rencontrent ces lieux et comment les habitants luttent pour leur patrimoine dans un esprit de résilience et d’espoir. 

Chan Chan, Pérou

Ce site archéologique d’Amérique du Sud situé entre le Pérou et l’Équateur et datant du XVème siècle, abrite notamment des bas reliefs présents sur les anciennes structures, victimes des pluies torrentielles qui entraînent leur érosion. Le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial en péril de l’Unesco depuis 1986. Cela lui permet de bénéficier d’aide à sa conservation. Des organisations collaborent également pour préserver le lieu comme le Getty Conservation Institute

Venise, Italie

La célèbre ville italienne est également sujette aux conséquences du réchauffement climatique. En novembre 2019, la basilique Saint-Marc se retrouve inondée et fortement endommagée comme le relate un article de franceinfo daté du 13 novembre 2019. 

L’Acropole d’Athènes, Grèce

Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce sanctuaire antique de marbre subit l’érosion et les pluies acides causées par la pollution. Ce constat ne date pas d’hier comme le prouve un article du Monde daté de 1976. Déjà à l’époque les Grecs faisaient preuve d’imagination pour protéger leur patrimoine. Les voitures avaient été banni des alentours de l’Acropole et un projet qui consistait à recouvrir certaines parties du monument de plastique avait été imaginé. Ce dernier n’a jamais été mis en place. En 2019, le président grec de l’époque, Prokopios Pavlopoulos, semblait avoir conscience du défi que représentait la préservation du patrimoine de son pays lors de sa prise de parole à la conférence internationale “L’Impact du Changement Climatique sur le Patrimoine Culturel : Relever le défi”. 

Les monuments romains et romans de la ville de Arles

Le théâtre antique, les remparts et l'église Saint-Trophime font partie des monuments à risque à Arles, ville de France classée parmi les 49 sites méditerranéens menacés par la hausse du niveau de la mer dans une étude de 2018 parue dans Nature Communications. Sur cette liste on retrouve également Syracuse, Pompéi (Italie) et la cité d’Éphèse (Turquie).

Le château d’Edimbourg en Écosse 

Bâti au XIIème siècle sur un ancien volcan, le château d’Edimbourg est sujet aux risques de glissement de terrain et d’inondation. En cause, le réchauffement climatique qui provoque la hausse des pluies. La structure du château est construite en grès poreux, roche qui supporte mal le mouillage et séchage à répétition. 

Les Ecossais décident de gérer le problème à la source. D’après le projet “Heritage on the Edge” de Google, l’Écosse fait partie des pays les plus engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le Climate Change Act 2009 avait pour objectif la réduction des gaz à effet de serre de 80% d’ici 2050. À l’heure actuelle, cet objectif a été atteint à 47%.

Tombouctou, Mali 

Cette ville malienne inscrite au patrimoine mondial en péril de l’UNESCO, abrite des mausolées et des mosquées datant du XIVème siècle. Elles sont aujourd’hui menacées par l’avancée des dunes qui recouvriront à terme leurs trésors.

Bagerhat, Bangladesh 

Cette ville médiévale de plus de 600 ans abritant plusieurs mosquées, rencontre des problèmes liés à la hausse du niveau de la mer et à la salinité des sols. Un phénomène nommé efflorescence provoque la destruction des roches qui constituent les monuments. Le sel de la mer migre dans les matériaux poreux, se dilate avec l’humidité et les désintègre. 

Des experts locaux collaborent avec l’association de préservation du patrimoine CyArk afin de protéger ces sites. D’après “Heritage on the Edge”, ils élaborent des modèles 3D des mosquées permettant aux scientifiques d’analyser les dommages plus facilement. 

Les vestiges archéologiques du Groenland

L’impact du réchauffement climatique en zone arctique n’est pas négligeable. D’après un article de franceinfo datant du 11 juillet 2019, des sites archéologiques datant de 2 500 ans avant notre ère, dans l’Ouest, le Sud et autour de la capitale du Groenland (Nuuk), sont menacés. Des ruines, comme celle d’églises viking mais aussi des éléments organiques comme des os, du bois, des cheveux et des coquillages pourraient être perdues à cause des périodes de dégel de plus en plus longues. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #9 : Comment vivre presque sans plastique ?

Au sommaire : état des lieux de la place du plastique dans nos vies, conséquences sur l'Homme et l'environnement, solutions pour s'en débarrasser... 68 pages de solutions pour passer à l'action.

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs

 

 

 

 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.