DESTINATIONS ENGAGÉES

Vivez comme un Sioux en Dordogne

Entièrement faits de matériaux naturels, en bois et toile, les tipis ont un impact environnemental très faible.
© Tipi du Grand Peuch

À deux pas de la grotte préhistorique de Lascaux, le tipi du Grand Peuch vous promet un séjour hors du temps et 100 % amérindien. 

Perché en pleine nature sur les hauteurs du Périgord, à quelques kilomètres de la grotte de Lascaux, le tipi de Wilfried et Laëtitia se vaut une pause hors du temps. "Nous voulons montrer aux gens qu'il est possible de vivre en harmonie avec la nature tout en la protégeant, et nos clients jouent le jeu ! Jusqu'à présent nous n'avons trouvé aucun déchet sur le site après leur départ", se félicite la jeune femme. Le couple a emménagé sur cette ancienne ferme biologique depuis un an et demi afin de développer un double projet. Elle est éducatrice spécialisée, lui, moniteur d'équitation. Leur but : conjuguer location de tipis pour faire découvrir la culture amérindienne, et accueil des enfants en difficulté grâce à la zoothérapie

A terme, le couple voudrait accueillir des enfants en difficulté grâce à la zoothérapie.
© Tipi du Grand Peuch

Amour amérindien

"Dans ma jeunesse, j'ai travaillé dans des ranchs aux États-Unis et j'ai rencontré un passionné de culture amérindienne", explique Wilfried. À son retour en France, il souhaite développer un projet autour du tourisme nature et équestre, notamment auprès des enfants. "Nous avons d'abord construit un chalet dans la forêt de Rambouillet, en région parisienne, et le temps des travaux, nous dormions dans un tipi. Cette sensation de liberté en pleine nature, où l'on entend le vent, les animaux, c'était incroyable", se souvient-il. Après la vente du chalet, ils s'installent en Dordogne, sur les hauteurs de Montignac-Lascaux. Dès le départ, une chose est claire : tous deux souhaitent mettre en valeur la culture amérindienne. "C'est une culture qui est en train de disparaître, alors c'est important d'en parler. Bientôt il n’y aura peut-être plus de peuples premiers, alors on se dit qu’après avoir dormi dans un tipi, ça poussera peut-être les gens à s'informer et à réfléchir", espère-t-il. L'objectif à terme est aussi de faire venir des Amérindiens pour sensibiliser à cet enjeu.

Grâce à cet hébergement insolite, le couple espère aider à alerter sur la disparition des peuples premiers.
© Tipi du Grand Peuch

Faible impact environnemental

Hébergement amovible, le tipi laisse peu de traces de son passage sur la terre. Il était important pour le couple de réduire son impact environnemental. "Nous avons acheté la toile, mais le reste, c'est de la récup, pour les palettes en bois notamment, ou de l'artisanat. Nous avons fait faire les perches du tipi en sapin par un artisan du centre de la France", précise Laëtitia. "Ici, nous sommes loin de tout, à 20 0m du parking et à 6 km du premier village. Nous voulions que les gens n'entendent que les oiseaux au sommet de cette colline", s'enthousiasme Wilfried.

Le tipi du Grand Peuch peut accueillir jusqu'à 5 personnes, pour 74€ la nuit.
© Tipi du Grand Peuch

Un séjour comme chez les Indiens

Afin d'immerger totalement leurs clients dans la culture amérindienne, le couple a tout prévu. Devant le tipi qui peut accueillir jusqu'à cinq personnes pour 74 € la nuit, un brasero entouré de bancs en bois invite aux soirées feux de camp. "Le brasero est rassurant pour nous car il permet de maîtriser le feu dans cette région très sèche l'été", explique Laëtitia.

Le site est équipé d'une cuisine extérieure reliée à l'eau courante, avec frigo, plaques de cuisson et évier.
© Tipi du Grand Peuch

Mais pas de panique, vous n'aurez pas à tout faire griller : le site possède aussi une cuisine extérieure avec frigo, plaques de cuisson et évier. Le petit déjeuner n'est pas compris, mais le couplet met à disposition du café du thé et du chocolat biologique. Il est conseillé de faire le plein de nourriture avant d'arriver, car les premiers commerces ne sont accessibles qu'en voiture. "Toutefois, il y a un paysan bio qui fait de la viande et des légumes chez qui on peut aller à pied", précise la jeune femme.

Tout en bois, la salle de bain est reliée à l'eau de ville et est équipée de toilettes sèches.
© Tipi du Grand Peuch
Tous les produits cosmétiques utilisés sont naturels et biodégradables.
© Tipi du Grand Peuch

Côté sanitaire, le couple a créé une salle de bain en bois, pour se laver en plein nature, équipé de toilettes sèches. Également à disposition des visiteurs : un coffre de déguisements pour enfants pour jouer aux indiens, ainsi que des livres sur ce thème et des jeux en bois (mikado géant et pétanque). "Cela permet aussi de montrer aux enfants comment les gens vivaient avant, c'est un retour aux choses simples, comme apprendre à faire du feu par exemple, ce qui les pousse aussi à réfléchir à la préservation de l'environnement", assure Wilfried. 

L'écologie au quotidien

Avec un hébergement entièrement constitué de matériaux naturels, il était évident pour le couple de ne pas s'arrêter là. "On recycle aussi au maximum en donnant à manger aux animaux, nous avons un compost et nous trions bien entendu nos déchets", explique Laëtitia. Grâce à une scierie voisine, ils se fournissent en sciure de bois sans avoir à couper les arbres de la forêt environnante. "Je récupère aussi des chutes de bois pour faire le feu", complète Wilfried. Toute la démarche du couple est axée sur l'autonomie et le respect de la nature.

Nous n'utilisons que des produits biodégradables, ce qui permet de réutiliser l'eau pour arroser le verger en contre-bas."

La source située sur leur terrain permet d'abreuver les deux poneys, les chèvres et les poules de la ferme. "Pour le tipi et notre maison, nous sommes reliés à l'eau de ville, mais nous n'utilisons que des produits biodégradables, ce qui permet de réutiliser l'eau pour arroser le verger en contre-bas", précise Wilfried. Ils vendent ensuite leurs fruits à un producteur local. Ils ont également suivi l'an dernier un stage de permaculture d'une semaine. "Comme nous ne sommes installés depuis moins de deux ans, il y a beaucoup à faire, donc on se lance doucement, mais ça va venir", espère Laëtitia. "À terme, je voudrais aussi utiliser les chevaux en attelage pour cultiver nos futures parcelles", ajoute son conjoint. 

Côté activité, la région n'en manque pas. Les grottes préhistoriques, de Lascaux mais aussi de nombreuses autres, attendent de dévoiler leurs trésors. "On encourage aussi à explorer le Périgord en canoë-kayak car c'est un joli moyen de découvrir ce patrimoine naturel de manière apaisée et non polluante", se réjouit Laetitia. 

Alors, prêts à vivre à l'heure amérindienne en Dordogne ?

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail.

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.