Conso

Un site pour trouver la fripe qu’il vous faut

©pornpawit/Shutterstock

Les vêtements d’occasion sont une matière première archi abondante. Le problème est qu’ils ne trouvent pas forcément preneurs et que de très belles pièces finissent à la poubelle. Le site "Crush On" résout l’équation en rendant visibles sur la toile les invendus des friperies.

D’un côté, un Everest démesuré de vêtements dont plus personne ne veut. De l’autre, des consommateurs qui aspirent à s’habiller avec style, sans peser sur la planète et pour pas cher. Comment fait-on pour que les deux se rencontrent ? Pour que Simon qui n’a pas le temps de fouiller pendant des jours dans les piles des friperies déniche une chemise à carreaux bleue et à sa taille ? Pour que Louise qui aimerait une jupe longue à fleurs pour l’été puisse l’acheter sans se fatiguer ? "Crush On" a une solution pour cela. C’est un peu le Tinder de la fripe.

2,5 milliards de pièces neuves vendues par an en France

Chaque année, en France, près de 2,5 milliards de "produits d’habillement, cuir, chaussures et linge de maison" sont mis sur le marché, soit environ 600 000 tonnes selon ECO TLC (l’éco-organisme français des textiles d’habillement, du linge de maison et des chaussures). En 2014, seules 175 000 tonnes ont été collectées pour le recyclage. Le reste dort dans nos placards ou nos caves, ou file directement à la poubelle… A l’intérieur de cette montagne titanesque de fringues délaissées, il y a forcément un pantalon ou une robe faite pour vous. Les friperies se développent, mais vous ne faites pas forcément partie de ceux qui aiment plonger le nez dans les bacs qui débordent. 

Histoire d’une rencontre

L'objectif de "Crush On" est de faciliter cette recherche de vêtements d'occasion. Le site s’est lancé en septembre 2017 avec deux friperies partenaires et l’idée qu’il y a suffisamment de vêtements sur terre pour ne pas avoir à en recréer de nouveaux. La boutique en ligne travaille aujourd’hui avec quatre friperies parisiennes mais a vocation à poursuivre son travail de mise en réseau des magasins de seconde main. "Le marché du vêtement d’occasion en France manque de visibilité, argumente-t-on chez Crush On à l’occasion de leur campagne de crowdfunding (dépêchez-vous, elle s’achève dans trois jours !). "A l’ère du digital, peu de friperies disposent d’un site internet pour afficher leurs produits de manière transparente. Et il faut le dire, peu de consommateurs font l’effort de se déplacer en magasin pour chercher la perle rare sous des montagnes de vieilleries. Le résultat est sans appel : beaucoup de belles pièces partent à la poubelle. Les friperies et magasins de seconde main sont saturés de vêtements qu’ils ne sont pas en mesure d’écouler," poursuivent-ils. "Ainsi, ¾ des vêtements considérés comme à nouveau portables par les centres de tri textile seront envoyés à l’étranger, vendus ou non, puis incinérés par manque d’infrastructures dédiées au recyclage."

L'application a vocation à "rendre le vintage visible et désirable par tous", une mission essentielle pour faire entrer la mode dans une économie circulaire.