QUESTION DU JOUR

Un potager domestique connecté "made in France"

Ce potager permet de cultiver tout au long de l’année de petits fruits et légumes chez soi.
©Facebook Pousse-légume

Avez-vous déjà entendu parler du Pousse-Légume ? Cinq entrepreneurs sont à l'origine de ce projet : il s'agit d'un potager domestique connecté encastrable dans sa cuisine. 

Le Pousse-Légume devrait ravir ceux qui ont la main verte mais qui n'ont ni jardin, ni même de balcon. Ce potager connecté peut se fondre parmi les éléments de cuisine tel un lave-vaisselle, et permet de faire pousser des petits légumes ou des aromates notamment. On produit par exemple son propre piment, son persil, ses petits oignons blancs, son basilic, sa roquette, son chou kale... L'étudiant en pharmacie et entrepreneur Anthony Thirion a eu l'idée de ce projet repéré par We Demain et qui utilise une technique de culture hors-sol, l'hydroponie.

Selon l'équipe derrière le Pousse-Légume, la technique de l'hydroponie est connue depuis les années 1970 et utilisée par les industriels de l'agro-alimentaire : avec cette technique, "les racines baignent dans de l'eau additionnée à une solution nutritive comportant des oligo-éléments pour la croissance des plantes". Mais elle aurait une mauvaise image, les industriels "l'utilisant de façon intensive pour obtenir un rendement important au détriment de la qualité gustative et nutritive". 

©Le Pousse-Légumes

Les entrepreneurs ont donc décidé de développer une technique plus douce, respectant davantage le cycle de vie de la plante, l'hydroponie progressive, qui ne passe pas par l'utilisation de produits phytosanitaires, garantit la qualité nutritive et gustative du légume et est peu énergivore. Pour comprendre comment le tout fonctionne, on clique ici

Selon We Demain, s'il ne s'agit pas du premier potager connecté domestique, sa particularité est qu'il assez grand pour faire pousser de 500 à 800 grammes de légumes tous les huit jours. Côté prix, on parle d'un montant minimum de 600 euros. L'équipe finalise le développement du projet, qu'elle compte mettre sur le marché courant 2019.

Seriez-vous prêts à faire pousser vos propres légumes chez vous ?

Choix