Conso

Couches lavables : pourquoi ils ont choisi de les utiliser

Et vous ? Les couches lavables, vous y avez déjà pensé ?
© Donnie Ray Jones/CC by 2.0

Les couches lavables sont-elles une alternative durable pour protéger la peau de bébé, l'environnement et même notre porte-monnaie ? Pour ceux qui ont choisi de tirer une croix sur le jetable, cela ne fait aucun doute. Nous avons rencontré quelques uns de ces parents afin qu'ils nous racontent leur expérience.

Si la couche jetable reste la norme, de plus en plus de parents se tournent vers les lavables. Derrière ce choix, les enjeux sont multiples. Au premier rang desquels la santé de bébé. HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques), dioxines et autres pesticides ont été retrouvés dans 10 des 12 marques de couches testées par 60 millions de consommateurs en 2017. La réduction des déchets ensuite : 4 milliards de couches jetables seraient utilisées chaque année en France, selon une étude de France Nature Environnement ! A elles seules elles génèrent "entre 700 000 et 1,8 million de tonne de déchets". En termes d'empreinte carbone globale, contrairement aux idées reçues, avec des conditions d'entretien optimum (lavage à 40°, séchage à l'air libre...), les lavables gagnent là encore le match. Et enfin, le budget : "utiliser des couches lavables (achat et entretien) revient deux à trois fois moins cher que d'utiliser des jetables et bien plus si elles sont réutilisées pour un autre enfant". Voici le témoignage de quelques uns de ces parents engagés en faveur des couches lavables.

Anne-Geneviève Ducharme-Audran, Beauvais (60), co-fondatrice du groupe Accro aux Couches Lavables.

Je voulais réduire notre quantité de déchets

"Sachant qu'il faut environ une tonne de couches jetables pour un bébé, j’ai voulu réduire notre production de déchets. Maman à la maison, je voulais aussi faire ma part pour le budget de la famille. Mon mari, lui, était plus que partant ! Je me suis beaucoup documentée en amont via les réseaux sociaux notamment. Cela m'a permis de faire les bons choix. Et de bien entretenir mes couches. Elles sont blanches, sentent bon et n’ont jamais eu besoin de décrassage. Les avantages sont multiples : peu de déchets, pas d’odeurs, pas d'érythèmes fessiers et je ne suis jamais à court de couches le dimanche soir quand les magasins sont fermés... Ma fille adore ses couches colorées et nous aussi ! Le seul inconvénient c’est qu’il sort tous les jours de nouveaux modèles qui nous font de l'oeil ! Malheureusement beaucoup de mauvais conseils circulent au sujet de l'entretien et je pense que ça contribue à la mauvaise réputation des couches lavables." 

Iris Huard, Barcelone, assistante maternelle

750 euros d'économies pour un seul enfant

"Née au Canada, j'ai grandi en couches lavables. C'était donc naturel pour moi de faire ce choix pour mes enfants. Lorsque je me suis équipée pour Bosko, il y a 4 ans, par curiosité, j'ai réalisé un calcul comparatif. Mon lot de 28 culottes et couches à poches m'a coûté 223 €. Avec des jetables et en estimant qu'il serait propre à 2 ans, ça m'aurait coûté 991 € ! J'ai donc réalisé plus de 750 € d'économies pour un seul enfant. A l'usage, c'est vrai que cela demande de faire des lessives supplémentaires, mais autrement, il n'y a que des avantages. En tant qu'assistante maternelle, tous les bébés en couches jetables que j'ai gardé ont déjà eu des érythèmes fessiers. Mon petit dernier, Tom, 4 mois, en lavables depuis sa naissance, n'en a jamais eu ! Pour un voyage, j'ai acheté un ou deux paquets de couches jetables, car c'était plus pratique, mais j'ai trouvé que les odeurs étaient beaucoup plus fortes, même pour un petit pipi, ça sent tout de suite. Ce n'est pas le cas avec les lavables. Et puis, c'est plus écologique !"

Aude Merkli, Luzinay (38), conseillère en solution de nettoyage écologique.

Je ne supportais pas l'odeur chimique qui se dégageait des couches jetables

"Il y a 7 ans, à la naissance de Manon, je ne supportais pas l'odeur chimique qui se dégageait des couches jetables et encore moins l'idée de lui coller des perturbateurs endocriniens sur les fesses ! J'ai donc cherché une alternative. Je me suis tournée vers les jetables écologiques Wyona. Problème : c'était hors de prix, sans compter tous les déchets que ça engendrait. Et puis, une maman m'a sensibilisée aux lavables. C'est vrai que gratter les selles, laver les couches tous les 2 ou 3 jours, les sécher, les préparer... ça demande du temps. Il faut être prêt à changer ses habitudes, mais une fois que l'on a trouvé un modèle adapté, une lessive qui n'encrasse pas et un bon détachant naturel (savon de fiel de boeuf), une routine se met en place. A la reprise du travail, j'ai même trouvé une nounou prête à prendre la relève la journée. Bilan : Fini les rougeurs, fini les couches qui s'amoncellent dans la poubelle et j'ai même réalisé des économies ! Mon lot de couches acheté 200 euros a servi à Manon puis à Robin 3 ans après et maintenant au fils d'une amie. C'est vérifié : plus les couches sont lavées, plus elles sont absorbantes !"

Philippe Gaillard, Issy-les-Moulineaux (92), fondateur de Ma petite couche

J'ai lancé un service de location et de lavage de couches !

"Quand mon fils est né en 2014, il n'était pas question de l'exposer aux composants chimiques présents dans les couches jetables. On a donc opté pour des lavables. C'était assez confortable à l'usage. Pas de difficultés à poser la couche, pas de fuites... Ca fonctionnait plutôt bien. Le gros problème, c'était la partie blanchisserie. On étaient fatigués de nettoyer, laver, faire sécher et recommencer. Résultat, on a arrêté au bout d'un an. J'ai alors rencontré Antoine. Papa lui aussi, il avait renoncé pour les mêmes raisons. Déçus, on a cherché à savoir s'il existait un service de blanchisserie pour couches lavables. C'était le cas aux Etats-Unis, en Allemagne... Mais pas en France. On a décidé d'en lancer un ! Après un an d'études de marché et de business plans, Ma petite couche est née. On propose à la fois la location et la blanchisserie. Les couches ont été testées sur nos propres enfants. Produites en France, elles sont certifiées Eco Tex classe I, c'est-à-dire qu'elles sont exemptes de produits chimiques. Idem pour la lessive. Elle est biodégradable et nous n’utilisons ni adoucissant ni blanchissant. Le site est très pratique ! Les familles commandent et reçoivent leurs couches. Une fois utilisées, le livreur les récupère en échange de couches propres et ainsi de suite. Papa à nouveau dans deux mois, je suis sûr que celui-là ne se promènera jamais en jetable !"