ÉDITO

Plastique à usage unique : pas de report pour les citoyens !

©RICCARDO MILANI / HANS LUCAS /AFP

Le Sénat a décidé il y a quelques jours de repousser l'interdiction de certains objets en plastique à usage unique à 2021 au lieu de 2020 : un recul qui a provoqué la colère de plusieurs ONG et de nombre de citoyens engagés. Va-t-il falloir encore attendre pour amorcer une transition durable dans ce pays ? Il va surtout falloir ne rien attendre du tout et encore une fois réagir dès maintenant en tant que "consomm'acteurs" ! 

"Grosse reculade en prévision sur l’interdiction des ustensiles en plastique", prévénait Libération la semaine dernière. Après le glyphosate, il semblerait que ce soit au tour du plastique à usage unique de subir une rupture... non-assumée.

Alors que l'Assemblée nationale avait voté en septembre 2018 l'interdiction de plusieurs objets en plastique à usage unique pour 2020, le Sénat a décidé, le 30 janvier dernier, de repousser l'interdiction de certains objets en plastique à usage unique (pailles, couverts, touillettes...) au 1er janvier 2021, mais également de revenir sur l'interdiction des piques à steak, des couvercles à verre jetables, des plateaux-repas, des pots à glace, des saladiers et des boîtes en plastique. Il autorise également les contenants alimentaires en plastique pour le service dans les cantines scolaires, alors que leur interdiction avait été actée pour 2025 (loi EGAlim).* Sur Public Sénat, on peut lire que cette lecture est partagée par le gouvernement.

Le temps de la transition

Pour justifier cette décision, deux arguments ont été évoqués par une majorité au Sénat : d'une part, un délai trop court pour permettre aux industriels de s'adapter et de faire leur transition (la commission spéciale a évoqué une menace pesant sur 1500 à 2000 postes dans le secteur de la plasturgie), et d'autre part, la volonté de s'aligner sur la date prévue par une directive européenne. 

Depuis, la colère de plusieurs ONG (Surfrider Foundation Europe, Zero Waste France, Cantine sans plastique, No plastic in my sea et Bas les pailles) gronde. Dans un communiqué, Mounia El Kotni de Bas Les Pailles précise : "La France s’est engagée devant les Nations unies à être une nation d’excellence environnementale, et pourtant elle agit ici à rebours de toutes les avancées européennes".

D'où proviennent d'ailleurs ces propositions ? D'un amendement porté par la sénatrice LR Élisabeth Lamure, que le Sénat a adopté dans le cadre de l'examen du projet de loi Pacte. Le sénateur du Nord (LREM) Frédéric Marchand avait aussi présenté un amendement allant en ce sens, à ceci près qu'il ne prévoyait pas l’assouplissement de l’interdiction des objets en plastique à usage unique en restauration scolaire. Interrogé par ID, ce dernier a indiqué soutenir ce report "sans état d'âme". "Il y a des entreprises qui ont besoin d’un peu de temps pour s’adapter. Il ne faut pas balayer d’un revers de main celles et ceux qui travaillent dans une industrie qui est vouée à connaître des modifications substantielles", a-t-il notamment réagi. 

Attention au "syndrome Kodak" ?

Le sénateur apparenté PS Bernard Jomier a un tout autre avis sur la question. Selon Public Sénat, ce dernier a "mis en garde contre le 'syndrome Kodak', du nom du célèbre fabricant de pellicules photo qui a mal négocié le virage du numérique dans les années 2000". "D’autres pays ont pris de l’avance, a-t-il remarqué. À regarder vers le XXe siècle, nous allons rater cette transition."

Attendons-nous ainsi encore à moult tergiversations dans les hautes sphères... Mais n'attendons surtout pas 107 ans ! Si la France décide de rater sa transition, décidons, nous, citoyens, de ne pas la manquer. Attendons plutôt le plastique au tournant : à bas les cotons-tiges, bonjour l'oriculi, ce cure-oreilles réutilisable en bambou japonais ; au revoir les gobelets en plastique au travail, amenons notre mug ; fini les pique-nique en mode plastique... Et les pailles évidemment, non merci. Tentons autant que faire se peut de tendre vers un quotidien zéro déchet, en piochant de bonnes idées sur ID par exemple... Et surtout, scandons-le aux nouvelles générations : "Life in plastic, not fantastic" !

*Aucun changement pour les gobelets et assiettes en plastique toutefois, dont l'interdiction est prévue en 2020.