# AGIR AU QUOTIDIEN : MANGER LOCAL

Dans le Centre, on s’abonne aux Jardins de Cocagne

Les Jardins de Cocagne permettent la réinsertion professionnelle de personnes éloignées de l'emploi.
©Le Jardin de Cocagne de Blois

Connaissez-vous le « Jardin de Cocagne de Blois », dans le Centre-Val de Loire ? Ce chantier d’insertion dont le domaine d’activité est le maraîchage biologique commercialise ses légumes par le biais d’abonnements à des paniers.

Le « Jardin de Cocagne de Blois » s’est donné pour mission principale de permettre l’insertion dans la vie professionnelle de personnes éloignées de l’emploi. Ces dernières travaillent au maraîchage, à la vente, à la préparation de commandes ou à l’entretien par exemple, et suivent des formations adaptées à leur projet professionnel. Les légumes du Jardin, issus de l’agriculture biologique, sont commercialisés soit en vente directe en boutique sur l’exploitation ou en marché, soit en ligne à travers l’abonnement à des paniers. On n'en choisit pas le contenu puisque celui-ci dépend des aléas de la production et des saisons. On le récupère ensuite dans un point de dépôt bénévole de la région. Il en existe une quarantaine.

« Cette formule est très avantageuse pour nous, en raison de la prévision à l’année des cultures, la connaissance à la semaine des quantités précises à livrer, l'adaptation plus facile en cas de problème climatique », explique Cédric Perly, assistant commercial. Ce dernier précise que cela permet aux adhérents de payer moins cher leurs paniers et de (re)découvrir des légumes anciens. Chacun peut gérer son calendrier de livraison selon ses absences. A noter que le Jardin de Cocagne de Blois est un dispositif de l’association Bio-Solidaire, qui développe des actions dans les champs du social, de l’économie et de l’environnement. On peut s’inscrire ici.

Et ailleurs ?

Pour manger bio, local et solidaire du côté du Loiret, on peut s’abonner aux paniers du Val de Loire : de nombreux points de dépôt sont présents du côté d’Orléans/du Loiret (mais aussi au passage en Île-de-France).

D’autres solutions pour manger local en région Centre-Val de Loire :

Les marchés de producteurs : on retrouve les horaires et lieux des marchés autour de chez soi en tapant le nom de sa ville ici : jours-de-marchés.fr ;

Les AMAP : les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne permettent à un groupe de consommateurs d’établir un contrat solidaire avec un producteur, généralement conclu pour une saison de production. Le contenu du panier varie selon les aléas de la production. On se réfère au lien suivant : reseau-amap.org pour connaître les points de vente en région Centre-Val de Loire ;

« La Ruche Qui dit Oui ! » propose aux consommateurs des produits à commander en ligne et à récupérer dans une « Ruche » (point relais de producteurs locaux). On tape le nom de sa ville à l’adresse suivante pour trouver la « Ruche » la plus proche de chez soi : LaRuchequiditoui.fr ;

« Locavor », une plateforme qui permet de s’approvisionner localement dans des points-relais un peu partout en France.

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.