QUESTION DU JOUR

La marque du consommateur lance le chocolat "C'est qui le patron !?"

©Capture écran "C'est qui le patron ?!", lamarqueduconsommateur.com DR

Après notamment le lait, les œufs, les pâtes ou les fraises, la marque du consommateur "C'est qui le patron ?!", qui "rémunère les producteurs au juste prix", s'attaque aux tablettes de chocolat. 

"Un chocolat plus équitable et plus durable entièrement décidé par nous les consommateurs !" Voici ce que promet la marque du consommateur "C'est qui le patron ?!" en commercialisant dès à présent trois tablettes de chocolat équitable : un chocolat noir pâtissier, un chocolat noir de dégustation et un chocolat au lait, tous fabriqués par le groupe Cémoi. La marque précise que les lieux de plantation des cacaoyers sont la Côte d’Ivoire et le Ghana, que le mode d’agriculture plébiscité est l’agriculture agro-écologique avec un programme de lutte contre la déforestation. La chocolaterie est quant à elle basée en France, et la marque du consommateur indique que les planteurs ainsi que la coopérative seront rémunérés "convenablement et de manière stable à hauteur de 1 525 € la tonne de fèves de cacao".  

Ce début novembre est décidément placé sous le signe du chocolat équitable, alors que se tient actuellement à Paris le Salon du chocolat : des animations ludiques sur les défis de la culture du cacao y sont notamment proposées en présence de l'ONG Max Havelaar France. "Derrière les tablettes de chocolat que l’on savoure, il y a des producteurs de cacao qui pour la plupart, vivent sous le seuil de pauvreté. Le chocolat a donc un goût plus amer qu’on ne le soupçonne", déplore l'ONG. Cette dernière lance d'ailleurs un défi aux consommateurs à compter de 2019 : choisir au moins une tablette de chocolat équitable par an "pour soutenir les petits producteurs et multiplier par deux l'impact positif du commerce équitable". 


Privilégiez-vous l'achat de chocolat équitable ?

Choix

A lire aussi
Commentaires
Par Jean-Pierre CANOT - le 03/11/2018

La priorité des priorités dans les pays producteurs de chocolat, est le rétablissement d’une agriculture leur permettant d’assurer leur autosuffisance alimentaire, ce qui existait du temps de la colonisation considérée par notre Président de la République comme crime contre l’humanité.

Le commerce prétendu équitable pour les productions industrielles, telles le chocolat ou le coton, n’est équitable que pour les industriels européens qui ne paient pas suffisamment les malheureux producteurs affamés pour qu’ils achètent la nourriture de base qu’ils pourraient produire en lieu et place du coton ou du chocolat.

Ce n’est pas avec le chocolat que l’on luttera efficacement contre la déforestation telle qu’elle se poursuit inexorablement et dramatiquement au Gabon ou en Côte d’Ivoire, pas plus d’ailleurs, ainsi que s’en gargarise notre Président de la République, qu'en finançant à grands frais le métro d’Abidjan qui favorisera l’exode rural vers la capitale en attendant que ce soit vers chez nous.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.