Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

QUESTION DU JOUR

Gaspillage : Too Good To Go lance une pétition pour clarifier la date de durabilité minimale

©Maksym Azovtsev/Shutterstock

La start-up Too Good To Go, qui met en contact des clients et des commerçants prêts à écouler leurs invendus du jour à prix bas pour lutter contre le gaspillage alimentaire, vient de lancer une pétition afin d'améliorer la compréhension de la date de durabilité minimale. L'objectif : que les consommateurs comprennent qu'il ne s'agit pas de la date limite de consommation.

"À consommer de préférence avant"... "Mais toujours bon après !" La start-up Too Good To Go demande à tous les industriels de l'agroalimentaire une révision de la sémantique utilisée pour la désignation des dates de durabilité minimale (DDM). Selon le réseau Too Good To Go, une meilleure compréhension de cette date inciterait les citoyens à faire appel à leurs sens pour déterminer la durée de vie d'un produit. "Goûtez, sentez, observez avant de jeter !", précise-t-elle dans sa pétition, qui recueille trois jours après son lancement près de 1300 signatures. La start-up ajoute au passage qu'en France, 10 millions de tonnes de nourriture finissent jetées chaque année - dont une partie encore consommable - et que "mal comprises, les dates de péremption sont responsables de 20 % du gaspillage dans les foyers".

Pour rappel, la DDM n'est pas à confondre avec la date limite de consommation (DLC). La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) rappelle que l'apposition d'une DDM sur l’étiquetage des denrées alimentaires a pour objectif de faire connaître au consommateur la date jusqu’à laquelle "ces denrées conservent leurs qualités organoleptiques, physiques, nutritives, gustatives, etc". De son côté, la DLC indique une limite impérative s'appliquant "à des denrées microbiologiquement très périssables".

Too Good To Go souhaite ainsi que soit rajoutée après le "à consommer de préférence avant" (la DDM) la mention "mais toujours bon après / mais aussi après", précisant que la Norvège a déjà adopté cette pratique. Les fondateurs de l'application anti-gaspi appellent les consommateurs à signer leur pétition et à taguer leurs marques préférées sur les réseaux sociaux : "@nom de la marque #changetadate".

Différenciez-vous la date limite de consommation et la date de durabilité minimale ?

Choix