CHRONIQUE CONSO

Du neuf dans le denim français

Jean en DenimLin de Dao
©Dao

Amateurs de denim, réjouissez-vous. De jeunes marques françaises innovent pour nous proposer des jeans "made in" France, en toile issue de matières locales. Un juste retour aux sources pour le denim, inventé dans la ville de Nîmes.

La famille du jean éthique et made in France s’agrandit. Et c’est un juste retour aux sources. Souvenez-vous : le mot "denim" est une transformation des mots "de Nîmes", la ville où était fabriquée, dès le 18ème siècle, un solide sergé en laine et soie en provenance des Cévennes voisines. Il servira à coudre les premiers jeans aux Etats-Unis avant qu’ils ne soient fabriqués en coton américain.

L’Atelier Tuffery, fondé en 1892, est un témoin vivant de cette histoire. La maison familiale fabrique, encore aujourd’hui, des jeans aux finitions soignées à Florac (Lozère). Elle est longtemps restée le seul fabricant français. Mais depuis quelques années, le jean made in France se réinvente. La marque 1083, par exemple, propose depuis 2013 des pantalons en coton bio teints, tissés et confectionnés en France.

Deux nouvelles entreprises hexagonales innovent et créent des toiles françaises qui poussent l’éthique toujours plus loin : 

Toile de lin à Nancy

Pour produire un kilo de coton conventionnel, il faut entre 5000 et 10 000 litres d’eau et 2500 à 5000 litres pour du coton bio, nous rappelle le fondateur de DAO, Davy Dao. Ce dernier fabrique des jeans dans son atelier boutique de Nancy depuis 2014. Après deux ans de développement en partenariat avec un industriel, il a mis au point un sergé en lin, baptisé DenimLin. "Avec 60 % du lin mondial cultivé de Caen à Dunkerque, la France est le 1er pays producteur de lin au monde. C'est pourquoi nous avons décidé de travailler et d'innover en créant un nouveau type de fil : du lin combiné à de l'élasthanne. Une prouesse made in France", explique-t-on chez DAO.

Le lin a de formidables qualités. Il faut très peu d’eau pour le cultiver et toute les parties de la plante peuvent être utilisées : les graines pour produire de l’huile, la tige pour les fibres. Aujourd’hui, 90 % du lin produit en France est exporté, principalement en Asie, pour être tissé puis cousu et nous revenir sous forme de produit fini. DAO veut participer à relocaliser cette filière. La campagne de crowdfunding destinée à lancer les jeans en DenimLin se termine dans deux jours et c’est un véritable carton avec près de 900 % de l’objectif atteint.

Toile recyclée à Nîmes

On innove aussi dans la ville historique du denim. Ateliers de Nîmes a lancé sa marque en 2014. Les jeans étaient façonnés à Marseille et Paris avec une toile italienne. Leur ambition est aujourd’hui de tisser du denim à Nîmes. Ils ont commencé par le faire de façon artisanale, sur des métiers à tisser manuels, pour apprivoiser ce beau savoir-faire. Afin de passer à l’étape suivante, ils ont besoin de métiers à tisser mécaniques, des "Picanol Président" italiens et ont également lancé une campagne de crowdfunding pour en faire l’acquisition. Pour utiliser une matière première locale, les entrepreneurs n’ont pas choisi le lin, mais le coton recyclé. En lin ou en coton recyclé, ces denims nous permettent de porter toujours plus fièrement nos indispensables jeans.