Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Baskets: la mode peut-elle se mettre au vert?

Sofia Colla, journaliste à We Demain.
©DR

Gagnant en popularité en passant des terrains de sport à la ville, la basket est aujourd'hui incontournable. Pour faire face à une demande toujours plus grande, sa production s'est complexifiée et massifiée, comme celle de beaucoup d'autres vêtements et accessoires de mode, en résultant une lourde empreinte carbone.

La basket, chaussure à l’origine destinée à des usages sportifs, s’est démocratisée et répandue jusqu’à devenir un accessoire de mode incontournable. Le business de la chaussure de sport représenterait aujourd'hui quelque 9 milliards d'euros. Seulement, comme pour beaucoup d’éléments de notre garde-robe souvent produits à l'autre bout de la planète, des choix s’imposent au moment de l’acte d’achat pour minimiser son impact environnemental. ID s’est entretenu avec Sofia Colla, journaliste pour We Demain, qui, dans un récent article, a tenté d’aiguiller nos choix en matière de baskets. Dans cet article sous la forme d’un top 10, la journaliste passe en revue des initiatives ambitieuses et novatrices, notamment concernant les matériaux utilisés pour la production. 

Vous parlez dans un article de la jungle des baskets dites "vertes". Selon vous, quelle est la part de cette tendance dans la mode ?

C’est un sujet de plus en plus important. De manière générale, dans la mode, de grandes enseignes comme H&M développent des collections dites "écolos". La basket n’y échappe pas, et cela montre qu’il y a une demande. Si Adidas et Nike s’y mettent, c’est que beaucoup de gens réclament des baskets plus écolos.

Pour le coup, les baskets sont loin d’être neutres en termes de bilan environnemental…

Effectivement. Selon le Massachusetts Institute of Technology (MIT), l’empreinte carbone d’une paire de baskets serait d'environ 14 kg de CO2. Le problème étant que la basket est compliquée à concevoir, et donc à recycler, parce que beaucoup de différents éléments la composent : la semelle, les lacets, les œillets… Aussi, tous les matériaux viennent d’un peu partout dans le monde, et la chaussure elle-même est confectionnée à l’autre bout de la planète. Tout cela contribue à en faire un objet très polluant.

Toutes les grandes marques commencent alors à vernir de vert leur production ?

Elles le font toutes en effet. Elles lancent aussi parfois des appellations, des labels et des fondations en lien avec l’environnement. Il peut y avoir des collections entières refondées en version plus écologique… Tout le monde s’y met.

Vous parlez aussi de la réussite de Veja. Est-ce que leur modèle a aussi ses limites ?

C’est tout de même une des premières marques à s’être lancée dans la basket écologique, et c’est une marque française qui a réussi à rayonner internationalement. Le point négatif est que leur conception se fait au Brésil, même s’ils ont fait le choix d’un point unique qui regroupe la production des matériaux et la main d’œuvre. Du reste, c’est une marque ambitieuse qui cherche à s’améliorer constamment. Dernièrement, ils ont par exemple mis à disposition du consommateur un calculateur d’empreinte carbone sur leur site, pour les différents modèles commercialisés. L’outil prend en compte toutes les étapes, de la production à la mise en vente.

Vous faites un tour des innovations en matière de baskets écolos. Par exemple, vous avez élu la basket la plus végétale…

Oui, c’est la "popcorn" de Supergreen, une entreprise lancée l’année dernière grâce au crowdfunding. Leurs baskets sont à base de cuir de maïs. D’autres marques ont développé des initiatives similaires, qui utilisent du cuir de cactus, ou encore de pomme… Il y a tout une recherche autour des matériaux pour remplacer le cuir animal.

Il faut se poser la question des matériaux utilisés pour la fabrication, de la main d'oeuvre, du lieu de fabrication... Aussi, se demander, bien sûr, si on a vraiment besoin de cette nouvelle paire de chaussures..."

Donc si on veut chausser des baskets "propres" du point de vue environnemental, mais aussi social, à quoi peut-on se fier ?

Il faut se poser la question des matériaux utilisés pour la fabrication, notamment d’où ils proviennent. Ensuite vient la question de la main d’œuvre, le lieu de fabrication… De cette façon, on peut estimer toute la distance parcourue par les matériaux dans le processus de fabrication. Plus qu’un modèle en particulier qui cocherait toutes les cases, ce sont plutôt des questions à se poser au moment de l’acte d’achat. Aussi, se demander, bien sûr, si on a vraiment besoin de cette nouvelle paire de chaussures...

Concernant le lieu de fabrication, vous notez quand même que certaines marques s’en sortent mieux que d’autres…

Effectivement, la marque Ector fabrique ses baskets en France, tout en reprenant des savoir-faire traditionnels comme le tricot, ce qui est intéressant : ils sont basés à Romans-sur-Isère. Wilo également, qui assemble ses baskets en France mais avec des matériaux venant de l’étranger.  

Concernant les prix, il faut avoir le portefeuille assez solide si l’on veut investir dans des chaussures durables, non ?

Cela peut sembler un peu plus cher en effet, mais les baskets conventionnelles de grandes marques comme Nike ne sont elles-mêmes pas données. Certains modèles exclusifs peuvent être aussi beaucoup plus chers. Pour des baskets durables, mettre autour de 100-150 euros revient aussi à payer quelque chose que l’on gardera potentiellement plus longtemps. Par exemple, Veja a récemment ouvert une cordonnerie à Bordeaux pour réparer leurs baskets à des prix décents. La solution de la réparation vaut aussi le coup d’être considérée.

Une interview réalisée en partenariat avec France Inter. Ecoutez la chronique Social Lab dans le player ci-dessous.

 Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratique « Se mettre (vraiment) au zéro déchet : mode d’emploi ».

Au sommaire :  tout pour comprendre ce que contiennent réellement nos poubelles et comment les réduire.

#TousActeurs