Comment faire pour réparer ou revaloriser nos biens inutilisés? Suivez le guide pour vous informer....et agir!

L’appel de la caféine était-il trop fort ? Toujours est-il que ce jeudi-là, en tête de gondole et en promo à 79,99 €, cette machine à café multifonction à l’éclat rouge vif a su nous faire de l’œil. Et a même gagné son pari : aux oubliettes la vieille cafetière italienne rouillée, le rouge vif a investi la cuisine. Saut dans le temps, deux ans plus tard. Encore un peu plus rouillée mais toujours aussi efficace, la cafetière italienne. Quid de la machine rouge ? Au rayon cave cette fois, sous un amas de poussière un peu moins vendeur. Un beau jour, il y a eu la panne… et une garantie passée date. A quoi bon payer une réparation ? On en rachètera une vert pomme à moitié prix.

Triste conclusion d’un achat compulsif qui aura en dépit des apparences coûté très cher. A qui cela n’est-il jamais arrivé ? C’est là que le bât blesse. Les Français ont donné une seconde vie à un million de tonnes de biens de consommation courante en 2017, sur un gisement potentiel de 2 700 000 tonnes : beaucoup d'autres biens auraient donc pu être sauvés. Comment ? En étant donnés ou revendus à un tiers, ce que l’on appelle le réemploi. D’autres auraient pu subir un traitement pour être réutilisables en tant que produits au lieu de finir comme des ordures ménagères.

Les Français ont en effet  la possibilité, souvent négligée, de faire revivre eux-mêmes ces biens abandonnés – bibelots, vaisselle, équipements de sport, jouets, mobilier, textile, appareils électroniques et électriques, etc. Il suffit d’apprendre à les réparer ou à les revaloriser : on parle dans ce cas d’ « upcycling ».

A l’heure où la mode et les progrès technologiques poussent au remplacement, ID a une idée précise en tête : nous rendre davantage bricoleurs et proposer des solutions pour réutiliser enfin nos objets empoussiérés et limiter nos déchets. Il s’agit également d’encourager l’économie circulaire, tandis qu’une consultation publique sur le sujet se clôture actuellement  – le but : élaborer la feuille de route pour l’économie circulaire du gouvernement, qui sera publiée en mars 2018.

Un mot d’ordre à l’aube des Fêtes : Do It Yourself !

En partenariat avec Zero Waste France.