Dossier

Des ouvrages et des liens vers la réutilisation

©CamilleDufétel/ID

Ces dernières années, de nouveaux ouvrages, des applications et des sites Web se donnent pour mission nous faciliter la vie lorsqu’il s’agit de préparer la seconde vie de nos biens.

Pour aller plus loin en termes de réparation et de revalorisation, ID vous propose tout d’abord quelques manuels à garder sous le coude  :

  • « Réparer nos objets ensemble, je passe à l’acte »  

Nous rappelant au passage que nous jetons en moyenne par an et par personne plus de vingt kilos d’appareils électriques, cet ouvrage réalisé par Aude Roux et Marie-Noëlle Himbert – Actes Sud/Kaizen, 2017 – se plonge dans l’univers des cafés de la réparation, une « réponse simple et accessible à ce réflexe du tout-jetable ». 8 €.

  • « Tout réparer soi-même »

Tout est dit dans le titre : on retrouve des solutions concrètes pour apprendre à tout réparer chez soi ou presque. Edité par Sélection Reader’s Digest – Collectif, 2015. 39, 95 €.

  • « Just Do It Yourself, objets récup’ » 

Ce manuel signé Charlotte Coing-Roy et Anisbee et publié en août 2017 aux éditions Le Temps Apprivoisé veut précisément nous faire apprivoiser l’art du Do It Yourself : à partir d’objets récupérés tels qu’un vieux tabouret, de vieux tissus, un mètre brisé, le bricoleur en herbe s’emploie à créer une lampe ou une tablette suédoise par exemple. Le tout en moins de 15 minutes par tutoriel. 14,50 €. 

  • « La rénovation des meubles et objets, 3e ed »

Le principe est presque le même ici : faire soi-même, mais avec des objets plus volumineux, dont du mobilier. « Je récup’, je décape, je patine, je restaure », telle est l’ambition de ce manuel signé Robert Longechal et publié aux éditions Dunod en mai 2017. 15 €.

Par ailleurs, quelques plateformes Web et applications comptent bien nous donner toujours plus d’idées concernant la seconde vie de nos biens.

Site eco-systemes.fr
Capture écran
  • Eco Systèmes : voir toutes les options qui s’offrent à nous

La plateforme eco-systemes.fr nous invite à entrer le nom de l’objet ou de l’appareil dont on ne sait plus quoi faire, son état de marche et notre localisation. On voit apparaître diverses solutions, comme le recyclage, les points de collecte à proximité, la réparation et les SAV à proximité, ou l’échange ou le don à travers une annonce sur Facebook par exemple. Cette plateforme nous donne également des informations sur le pourcentage de composants recyclables dans notre appareil et notre contribution à la réduction d’émissions de gaz à effet de serre si on décide de le recycler.

  • Produits pour la vie : un besoin, une adresse

Sur le site produitspourlavie.org, il suffit de cocher la case correspondant à notre besoin : donner, louer, trouver des pièces détachées, faire réparer, réparer soi-même, s’informer, échanger... On indique la catégorie du bien concerné et la ville dans laquelle on se trouve : sur une carte apparaissent les bonnes adresses.

  • Geev : récupérer et donner des objets

L’application Geev, qui a vu le jour en mars 2017, permet de donner et de récupérer des objets afin de leur donner une deuxième vie, à la manière du Bon Coin ou de Price Minister… sauf que tout y est gratuit. L’application, qui fonctionne avec un système de géolocalisation pour repérer les biens à proximité de chez soi et permet également de poster ses propres annonces, a déjà permis de faire revivre plus de 200 000 objets. Elle couvre plus de 200 villes, majoritairement en France, et est gratuite.

  • Smart Cycle : géolocaliser les encombrants

Cette application collaborative gratuite créée par des étudiants d’Aix-en-Provence géolocalise les objets abandonnés dans la rue, ou ceux à donner ou à troquer. On y repère des biens susceptibles de nous intéresser et le lieu où ils se trouvent, ou l’on y signale soi-même, à l’aide d’une photo, ces objets délaissés. Si aucun membre de l’application à proximité ne se montre intéressé, le bien est mis à disposition d’associations caritatives (ou recyclé ou détruit selon son état). Smart Cycle fonctionne partout en France.