Techno/Médias

Vers des moteurs de recherche éthiques dans les administrations ?

©Alain Jocard/AFP

Une tribune publiée dans Le Monde jeudi 10 janvier appelle à l'utilisation de moteurs de recherche alternatifs dans les administrations françaises.

Fini les recherches Google dans les administrations françaises ? C'est déjà le cas notamment à l'Assemblée nationale, au Conseil économique social et environnemental ou au Conseil régional d'Ile-de-France, qui utilisent des moteurs de recherche plus éthiques tels que "Qwant", rappellent les auteurs d'une tribune publiée dans le Monde, jeudi 10 janvier 2019, appelant à la généralisation de cette pratique.

"Le secteur public doit se saisir de cet enjeu et faire du simple choix d'un moteur de recherche une action particulièrement significative en faveur du développement durable, de la planète et de la protection des données des utilisateurs, qui sont aussi des citoyens", peut-on lire dans le texte signé par deux députés LREM, Cédric Villani et Eric Bothorel, ainsi que Pascal Jan, recteur de l'académie de Martinique, Rudy Chouvel, directeur d'hôpital et Danièle Lamarque, membre de la Cour des comptes européenne.

Plusieurs alternatives y sont citées : Qwant, le moteur de recherche utilisé depuis peu à l'Assemblée Nationale, qui respecte la vie privée de ses utilisateurs, Lilo, dont une partie des revenus publicitaires sont reversés à des projets environnementaux ou sociaux ou encore Ecosia, dont les bénéfices générés servent notamment à planter des arbres.