QUESTION DU JOUR

Surfer sur Internet en respectant la planète : trois moteurs de recherche écoresponsables

©13_Phunkod/Shutterstock

Plusieurs moteurs de recherches écoresponsables permettent de financer indirectement des projets sociaux et environnementaux. Zoom sur trois de ces initiatives.

Et si on surfait sur Internet tout en faisant un geste pour la planète ? Des projets environnementaux - portés par des associations telles que le WWF,  Bloom, la SPA ou d’autres associations de sauvegarde de la nature - ou des projets sociaux tels que Babyloan ou Mytroc, ainsi que des initiatives portant sur la santé ou l’éducation peuvent être financés via de simples recherches sur internet, à condition de bien choisir son moteur de recherche. Focus sur trois d’entre eux.

Lilo

Le moteur de recherche Lilo permet de soutenir des projets environnementaux et sociaux. Ainsi, 50 % des revenus publicitaires sont reversés par l’entreprise aux projets répertoriés sur son site. L’utilisateur, via des "gouttes d’eau" cumulées au fil des recherches internet (une recherche = une goutte d’eau) peut choisir les projets auxquels il souhaite – gratuitement – contribuer. Parmi eux : I-buycott, la plateforme qui lance et répertorie des actions de boycott, ou buycott, afin d’agir pour une consommation plus responsable, le projets d’oasis (éco-habitats partagés, éco-hameaux, éco-quartiers, éco-villages) de l’association Colibris ou encore l’application Open Food facts, une base de données collaborative pour tout savoir sur la composition des aliments que l’on consomme. La plateforme lancée en 2015 par deux ingénieurs français a franchi à la rentrée la barre d’un million d’euros reversés à ces projets d’intérêt général.

Ecosia

Le moteur de recherche Ecosia permet de surfer sur le web tout en plantant des arbres. 80 % des bénéfices générés par les recherches sur le site - via la publicité – sont utilisés pour planter des arbres "partout où le besoin se fait sentir", peut-on lire sur le site. Plus de 39 millions d’arbres auraient ainsi été plantés dans différents pays du monde, dont le Pérou, le Brésil, le Sénégal, l’Ethiopie, l’Indonésie ou l’Espagne. La société allemande a été créée en 2009, et a obtenu la certification "B-Corp" en 2014.

Ecogine

Autre initiative française de moindre ampleur que les deux précédentes : le moteur de recherche Ecogine, raccourci pour "Ecological search engine" ou "moteur de recherche écologique" permet de financer des associations environnementales. Les résultats sont fournis par Google France qui reverse le revenu de chaque recherche à l’association Ecogine. Ces fonds sont ensuite distribués à des associations à but environnemental choisies par les internautes. Les fonds récoltés en 2017 (à hauteur de 3000 euros) ont été reversés à une dizaine d’associations dont l’association de protection des oiseaux sauvages, la SPA Guadeloupe ou encore l’association de sauvegarde de la nature de Nouvelle-Calédonie.

Utilisez-vous un moteur de recherche écoresponsable ?

Choix