Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Techno/Médias

Pollution lumineuse : cette application permet aux habitants de gérer l'éclairage public

©ImYanis/shutterstock

Lancée en 2016, l'application "J'allume ma rue" permet d'allumer les lampadaires de sa ville grâce à son téléphone. Déjà déployé dans cinq communes de Normandie, cet outil sera proposé dès février aux habitants d'Epron (Calvados). Zoom sur cette solution amenée à essaimer dans d'autres villes.

À Epron (Calvados), il sera désormais possible, dès février, d'allumer les lampadaires publics avec son smartphone. Créée en 2016, l'application "J'allume ma rue" permet aux communes de réduire leur consommation d'énergie, tout en veillant à la sécurité de leurs usagers. “J’entendais beaucoup parler de villes qui voulaient éteindre les lumières la nuit pour des raisons budgétaires et de pollution lumineuse. Mais certains habitants étaient contre, notamment pour des raisons de sécurité”, lance Olivier Bozzetto, ingénieur en informatique et créateur de l'application.

Face à la prise de conscience écologique, de plus en plus de villes semblent intéressées par ce dispositif qui a déjà été mis en place au Pont-de-l'Arche (Eure), et dans quatre autre communes de Normandie. "Nous avons beaucoup de contrats en cours en ce moment. Nous espérons développer l'application dans une trentaine de villes cette année, notamment à Tours (Indre-et-Loire)", ajoute le fondateur de "J'allume ma rue".

Réduire l'éclairage public de nuit

L’installation de trois boîtiers dans les compteurs électriques coûte 1 200 euros. "La municipalité paie ensuite un abonnement de 120 euros par an", explique Olivier Bozzetto. Une fois le dispositif mis en place, les utilisateurs peuvent allumer les lampadaires à l'aide d'une sorte d'interrupteur à retrouver dans l'application. Les lumières s'éteignent quinze minutes après leur passage. Une manière de réduire la pollution lumineuse et faire quelques économies la nuit.

“D'après les recommandations du SDEC (Syndicat d'énergie du Calvados), nous pouvons économiser entre 6 000 et 10 000 euros en électricité par an” indique le maire d’Epron, Franck Guéguéniat, qui a décidé de mettre en place l’outil dans sa commune dès février 2022. 

Lutter pour la préservation de la biodiversité

Selon l’ADEME, l’éclairage public n’a pas seulement un impact sur les dépenses énergétiques, mais aussi sur la biodiversité. Cela perturbe notamment les insectes nocturnes et modifie la période de floraison des plantes. De son côté, le maire d’Epron souligne le problème de la disparition des papillons de nuit et de certains oiseaux nocturnes dans les quartiers en bordure des forêts. 

La diminution des éclairages de nuit grâce à l'application "J'allume ma rue" permettra-t-elle à ces espèces de resurgir dans les villes ? Olivier Bozzetto se montre plutôt confiant : “Certaines communes m'ont indiqué qu'après l'installation du dispositif des animaux comme les chouettes ou les chauves-souris semblaient réapparaître.” 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c'est par ici.

#TousActeurs 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.