Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Techno/Médias

Glyphosate: le patron de L'Opinion accuse Libération d'"attaquer" une de ses journalistes

©FRANKHOERMANN / SVEN SIMON / SVEN SIMON / DPA PICTURE-ALLIANCE

Le patron de L'Opinion Nicolas Beytout a interpellé mardi les dirigeants de Libération et Facebook pour protester contre un article de "fact-checking" qui "s'est attaqué" à l'une de ses journalistes, dernier épisode d'une bataille qui fait rage depuis des mois autour du glyphosate entre cette journaliste et l'équipe d'Envoyé Spécial.

Dans une lettre ouverte publiée en une du journal, Nicolas Beytout demande à Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération, "un certain nombre d'éclaircissements" sur la rubrique de vérification de l'information Checknews, qu'il accuse de "s'être attaquée" à la journaliste Emmanuelle Ducros. Il interpelle aussi le patron de Facebook en France, Laurent Solly, le réseau social étant partenaire de Libération sur "Checknews", lui demandant si "cette tâche extrêmement noble, qui sert la défense de notre profession de journaliste et lutte contre le dévoiement des fake news" est "compatible avec de tels réglements de compte pratiqués sur fond d'idéologie". En cause : un "fact-checking" publié le 27 juin pour répondre à la question "La journaliste Emmanuelle Ducros a-t-elle été rémunérée par des lobbies de l'industrie agroalimentaire ?".

Checknews détaille un paiement de 1.000 euros

L'article liste des participations d'Emmanuelle Ducros, qui couvre le secteur agricole pour L'Opinion, à des tables rondes et débats sur des thèmes agroalimentaires organisés par divers lobbies. C'est derniers ont été interrogés par Checknews pour savoir si ces participations avaient été rémunérées. Expliquant que "plusieurs (d'entre eux) ont refusé de répondre à nos questions", Checknews détaille un paiement de 1.000 euros effectué par la Fédération des entreprises de boulangerie (FEB). Nicolas Beytout dénonce une "dimension personnelle" et estime que "l'article cherche à démontrer que notre journaliste est achetée, que ses avis sont compromis par une dépendance financière aux lobbies de l'agroalimentaire". Et critique des méthodes "indignes" pour tenter de disqualifier cette journaliste : "enquête à charge, menaces à peine voilées sur des témoins, usurpation d'identité"...

Le CSA a tranché en faveur de France 2

"Checknews a répondu en deux ans à plus de 3.000 questions. Y compris sur la presse. Ça ne plaît pas. Ça tangue parfois. Mais nous considérons notre milieu comme n'importe quel autre. Nous continuerons.", s'est défendu sur Twitter Checknews, site qui répond aux questions des internautes et qui est notamment à l'origine des révélations sur la "Ligue du LOL". Cette passe d'armes est le dernier rebondissement du bras de fer qui oppose depuis janvier sur les réseaux sociaux l'équipe du magazine Envoyé Spécial (France 2) et les journalistes Emmanuelle Ducros et Géraldine Woessner (Europe 1), après la diffusion d'un reportage sur le glyphosate jugé à charge par ces dernières. Le CSA, qui avait été saisi par des téléspectateurs, a tranché en faveur de France 2, estimant qu'il "ne pouvait pas être reproché à la chaîne d'avoir manqué à ses obligations en matière d'honnêteté et de rigueur dans la présentation et le traitement de l'information, ni en matière de dignité de la personne humaine et de présentation des différents points de vue".

Avec AFP

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail.

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.