Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social

Zones rurales : l'ouverture de nouveaux bars pour recréer du "lien social"

©Mostovyi Sergii Igorevich/Shutterstock

L'Assemblée nationale a donné son feu vert jeudi à l'unanimité à l'ouverture de nouveaux bars dans les campagnes, via la remise en circulation de licences IV, dans une optique de "revitalisation rurale".

Les députés ont adopté un amendement du gouvernement en ce sens au projet de loi sur la vie des maires, examiné en première lecture. L'amendement prévoit que durant trois ans, une licence IV pourra être créée par déclaration auprès du maire, dans les communes de moins de 3500 habitants n'en disposant pas actuellement. Cette licence ne pourra ensuite faire l'objet d'un transfert au-delà de l'intercommunalité concernée.

Le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé en septembre ces "licences de revitalisation", parmi des dizaines d'autres dispositions dans le cadre de "l'agenda rural". L'amendement prévoit en outre de revenir à un cadre principalement départemental pour les transferts de licences IV en général, et non plus un cadre régional, ce qui a conduit à vider les territoires moins attractifs de leurs licences.

Recréer du "lien social"

Ces mesures sont "attendues de longue date" et issues d'un "long travail pluridisciplinaire", a défendu dans l'hémicycle le ministre chargé des Collectivités Sébastien Lecornu. "Ce n'est pas seulement une question de développement économique mais de lien social, de lien intergénérationnel", a souligné Daniel Labaronne (LREM), rappelant que les licences IV sont passées de 200 000 dans les années 60 à 40 000 aujourd'hui, concentrées dans les grandes villes. Plusieurs députés, de LR à l'UDI-Agir, sont également intervenus en soutien. L'Assemblée a en outre adopté un amendement LR qui renforce le pouvoir des maires en matière d'amende administrative, en cas de non-respect des horaires d'interdiction de vente d'alcool à emporter prévus par la commune. Le maire pourra désormais infliger une amende administrative de 500 euros (contre 38 euros jusqu'alors).

Jeudi le principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration, l'Umih, s'est félicité du vote de cet amendement, "résultat d'un travail fructueux depuis plus de deux ans" entre son organisation et la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA)". Ce travail commun porte sur la "mise en oeuvre du plan d'actions global contre les drogues en direction des jeunes, dans le cadre de la révision du Code de la Santé Publique", précise un communiqué.

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.

Avec AFP.