Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social

Parité en entreprises: le Haut conseil à l'égalité réclame des quotas dans les instances dirigeantes

Les femmes sont toujours sous-représentées dans les conseils d'administration des instances dirigeantes en France.
©Prostock-studio/shutterstock

Le Haut conseil à l'égalité hommes-femmes (HCE) a appelé mardi à l'instauration de quotas de femmes dans les comités exécutifs et de direction des entreprises, dans la lignée d'une loi adoptée en 2011 qui imposait déjà une telle mesure dans les conseils d'administration.

Les ministres de l'Economie, du Travail et de l'Egalité entre les sexes, Bruno Le Maire, Elisabeth Borne et Elisabeth Moreno, se sont également prononcés mardi pour de tels quotas, nécessaires selon eux pour aider à briser le "plafond de verre". La semaine dernière, M. Le Maire avait indiqué souhaiter qu'une proposition de loi sur ce sujet soit présentée à la mi-mars.

Alors que la loi Copé-Zimmermann fêtera mercredi ses dix ans, le HCE a appelé dans un communiqué à "poursuivre cette dynamique de quotas au sein des comités exécutifs et de direction: 20% dans trois ans puis 40% dans six ans". En 2019, on ne comptait que 17% de femmes au sein des comités de direction des entreprises du SBF120. Dans les conseils d'administration des entreprises du CAC40, en revanche, la loi de 2011 a permis de passer de 20,6% de femmes en 2011 à 44,6% en 2020.

Soulignant que ce texte avait surtout eu un impact dans les entreprises où des quotas étaient imposés et où un suivi était opéré, le HCE estime nécessaire de "renforcer le suivi de l'ensemble des entreprises visées par les obligations de parité dans leur instance de gouvernance". Il suggère pour cela de passer par "les greffes des tribunaux" et "un indicateur sur la parité au sein de l'Index +Égalité femmes-hommes+" que sont tenues de publier chaque année sur internet toutes les entreprises d'au moins 250 salariés.

Le Haut conseil demande enfin de "corréler l'attribution de financements publics au respect des obligations en matière de parité et d'égalité professionnelle".

"Club de mecs"

"L'enjeu est de taille car lutter contre le difficile accès des femmes aux postes de responsabilité, connu également sous l'appellation de +plafond de verre+, fait partie intégrante des leviers à actionner pour parvenir à l'égalité professionnelle réelle entre les femmes et les hommes", estiment, dans une déclaration commune la présidente du HCE, Brigitte Grésy, et la co-autrice de la loi de 2011, l'ex-députée Marie-Jo Zimmermann.

"Il reste encore beaucoup à faire sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes", a reconnu la ministre du Travail, Élisabeth Borne, mardi sur RTL. "Je pense qu'il faut aussi qu'il y ait un meilleur équilibre entre les femmes et les hommes dans les fonctions de direction des entreprises et on aura à faire des propositions sur ce sujet-là", a-t-elle assuré.

"Le combat doit continuer", a souligné pour sa part Bruno Le Maire lors d'une conférence organisée à Bercy pour les 10 ans de la loi Copé-Zimmermann.

"Soyons lucides: l'effet ruissellement espéré n'a pas eu lieu", a déploré la ministre chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes Elisabeth Moreno.

"Le plafond de verre entre le conseil d'administration et les autres instances dirigeantes des entreprises est resté extrêmement hermétique. Nous devons y remédier tout au long de la chaîne managériale", a ajouté la ministre, déplorant que "le CAC40 reste un club de mecs en costumes gris".

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « L’écologie à la maison ».

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs