Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social

A Montreuil, une maison de retraite auto-gérée et féministe

A Montreuil, en Seine-Saint-Denis, la maison des Babayagas propose de vivre le troisième âge différemment. Ici, pas de personnel médical, ni d’hommes. Seules les femmes autonomes entre 60 et 80 ans sont acceptées.

C’est en 1995 que le projet des Babayagas germe dans l’esprit de Thérèse Clerc. Cette féministe, proche de Simone Veil, souhaite mettre en place une maison solidaire pour les femmes de plus de 60 ans aux revenus modestes. Il faudra attendre 2013 pour que la maison des Babayagas voie le jour, grâce à l’aide de Dominique Voynet, alors maire de Montreuil, et de Christine Boutin, alors Ministre du Logement.

Thérèse Clerc décède en 2016, mais la maison des Babayagas continue aujourd’hui encore d’accueillir de nouveaux membres et poursuit l’œuvre de sa fondatrice.  Un beau contrepied à la "ghettoïsation" des personnes âgées dénoncée par le rapport du comité national consultatif d’éthique (CNCE), paru le 16 mai 2018.

Babayaga désigne une "figure de la mythologie slave" que l'on retrouve dans plusieurs contes russes. Il s'agit d'une sorcière qui se nourrissait d'enfants au petit-déjeuner.