Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Social

Les jeunes, financièrement plus touchés à mesure que la crise dure

Selon une étude, les étudiants et jeunes actifs sont financièrement plus touchés par la crise que le reste de la population.
tommaso79/Shutterstock

Les étudiants et les jeunes actifs ne vivant plus chez leurs parents se retrouvent davantage en difficulté financière que le reste de la population à mesure que la crise dure, révèle une étude publiée mercredi par le Conseil d'analyse économique (CAE) sur les bases de données bancaires.

Si dans la première partie de la crise, la situation des jeunes n'a pas été différente de celle du reste des ménages en matières d'évolution de revenus, "on observe une forme de décrochage à partir d'août", constate cette étude, qui se base sur l'analyse d'un échantillon de données bancaires de ménages anonymisé du réseau Crédit Mutuel Alliance Fédérale. Pour l'ensemble de la population, le revenu baisse en moyenne jusqu'à 5 % depuis cette date. Or la baisse est de 5 à 10 % parmi ces jeunes.

Si ces données sont restreintes, elles vont dans le sens des difficultés dont font état de nombreux jeunes depuis plusieurs semaines, qui se matérialisent par l'augmentation du recours aux bourses alimentaires, un décrochage universitaire ou des difficultés psychologiques. L'analyse du CAE montre aussi que depuis le mois de mai, la proportion des jeunes actifs qui sont financièrement "dans le rouge", est "souvent plus élevée en 2020 par rapport à 2019".

L'épidémie de Covid-19 a donc globalement accentué la situation d'avant-crise, puisque "la part des jeunes actifs 'dans le rouge' était déjà très supérieure à celle de la population générale avant la crise", souligne l'étude. Elle était ainsi de l'ordre de 22 à 23 % en 2019, contre environ 15 % pour la population totale, comme pour les étudiants. Au-delà de la situation des jeunes, cette étude du CAE sur les données de consommation des ménages depuis le début de la crise révèle un recul de la "fragilité financière" des ménages, mesurée notamment via la part de ménages dont le solde du compte courant est négatif en fin de mois.

Mais par nature, l'analyse exclut toutes les personnes les plus fragiles, en particulier les "débancarisées" (celles qui n'ont pas de compte bancaire) nuancent les auteurs de l'étude.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, commandez notre guide « L’écologie à la maison ».

Au sommaire :  interviews, analyses, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour une vie quotidienne placée sous le signe de l’écologie dans toutes les pièces de la maison !

Pour en savoir plus et commander votre guide, c’est par ici.

#TousActeurs