Question du jour

Après le café ou la baguette, voici le "livre suspendu" pour les plus démunis

©Tita.ti/Shutterstock

Une librairie rouennaise vient de lancer le principe du "livre suspendu", pour favoriser l'accès à la culture. 

Les initiatives de ce type fleurissent un peu partout depuis ces dernières années. Le principe est né en Italie : des brasseries proposaient à leurs clients de payer des "cafés suspendus", laissés en "libre-service" pour les plus démunis. L'idée a inspiré de nombreux commerçants français. Lorsque vous achetez votre baguette de pain, lorsque vous buvez votre café en terrasse, certaines structures vous proposent de payer des produits en plus qui seront "suspendus", pour être offerts aux personnes dans le besoin.

Si à l'origine, l'initiative concernait surtout les produits alimentaires, à Rouen, la librairie "le Rêve de l'Escalier" a décidé de l'appliquer à ses livres. Pour permettre l'accès à la culture à tous, les clients qui le souhaitent s'acquittent de la somme d'un ou deux euros en plus de leurs achats et peuvent choisir un ouvrage à "suspendre", pour l'offrir à un inconnu

Faut-il généraliser la pratique des cafés, baguettes ou livres "suspendus" pour les plus démunis ?

Choix