Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Santé

Union européenne : 238 000 décès liés à la pollution de l’air en 2020 

©JOEL SAGET/AFP

D'après une nouvelle étude de l'Agence européenne de l'environnement (AEE), la pollution de l'air a causé la mort de 238 000 personnes au sein de l'Union en 2020, un chiffre en légère hausse par rapport à l'année précédente. 

La pollution de l'air tue. En 2020, 238 000 décès liés ont été recensés au sein de l'Union européenne. Un chiffre en légère hausse par rapport à l'année précédente, où 231 000 personnes avaient trouvé la mort, d'après les mesures de l'Agence européenne de l'environnement (AEE) parues ce jour. Toutefois, elle estime que les 27 restent sur le bon chemin pour atteindre l'objectif de réduction de 50 % de décès prématurés en 2030 par rapport à 2005. Cette croissance s'explique en effet par la conjoncture cette année-là entre la pandémie de Covid-19 et l'exposition aux particules fines des personnes présentant des comorbidité - telles que des cancers, du diabète...

Toutefois, ces dernières années avaient systématiquement été marquées par des reculs consécutifs du nombre de décès prématurés : au total, - 45 % entre 2005 et 2020. Cette première année de mesure, 431 000 personnes mourraient sous l'effet de la pollution. 

Taux de particules fines trop élevés

Les particules fines, particulièrement meurtrières, présentent toujours dans nombre de pays de l'Union, des taux encore supérieurs aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 95 % des Européens en zone urbaine étaient, en 2020, exposés à des concentrations trop élevées. Mais, note l'AEE, "si l'on compare 2020 à 2019, le nombre de décès prématurés attribuables à la pollution atmosphérique a augmenté pour les particules fines (PM2,5) mais a diminué pour le dioxyde d’azote (NO2) et l’ozone (O3)". 

Particules d’ozone et dioxyde d’azote en baisse 

Ozone et dioxyde d'azote, deux autres polluants de l'air, notamment liés au trafic routier et à l'industrie, ont pour leur part apprécié des baisses. Le premier a causé 24 000 décès en 2020, soit un recul de 3 % par rapport à l'an passé. Quant au second, 49 000 décès lui ont été attribués, soit une importante baisse de 22 %. Un phénomène qui s'explique par les différentes mesures restrictives de l'année liée à la pandémie, entraînant une diminution drastique du trafic routier. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs