QUESTION DU JOUR

Une étude lie exposition orale aux pesticides et perturbations du métabolisme

L'effet cocktail de pesticides à faible dose par l’alimentation montre des perturbations métaboliques chez l'animal, note l'Inra.
© Fotokostic/Shutterstock

Des chercheurs de l’Inra et de l’Inserm ont étudié les effets d’une exposition orale chronique à un cocktail de pesticides à faible dose chez les souris : les résultats, publiés le 27 juin, montrent des perturbations métaboliques (diabète, accumulation de graisses dans le foie...), différentes selon le sexe.     

Selon les premiers résultats d'une étude réalisée par des chercheurs de l'Inra (Institut national de la recherche agronomique) en collaboration avec l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), l'effet cocktail de pesticides à faible dose par l’alimentation montre des perturbations métaboliques chez l'animal. 

"Les animaux exposés par l’alimentation à de faibles doses de pesticides prennent plus de poids et présentent des perturbations métaboliques (diabète, stéatose hépatique) typiques des complications de l’obésité", indique l'étude. Ces perturbations diffèrent d'un sexe à l'autre. Tandis que les mâles présentent un diabète, une accumulation de graisses dans le foie (stéatose) et un surpoids significatif, du côté des femelles ont été constatées des perturbations hépatiques telles que le stress oxydant et une modification de l’activité du microbiote intestinal.

Les résultats de cette étude viennent d’être publiés dans la revue Environmental Health Perspectives.

L'effet cocktail des pesticides présents dans l’alimentation vous inquiète-t-il ?

Choix