LE CHIFFRE

Particules fines : respirer dans les grandes villes européennes équivaudrait à fumer

©Toa55/Shutterstock

Selon une étude de l'ONG "Transport and Environment" parue ce vendredi 10 août, respirer dans les grandes villes européennes pendant quelques jours serait aussi nocif que fumer plusieurs cigarettes.

Après une année passée à respirer dans la capitale française, chaque Parisien aurait inhalé l'équivalent de 183 cigarettes. Parue le vendredi 10 août, l'étude de l'ONG Transport and Environment dévoilée par Le Parisien met en garde les habitants et les touristes contre la qualité de l'air dans les dix villes européennes les plus visitées. La mauvaise qualité de l'air urbain et les effets nocifs qu'elle entraîne sont principalement dus aux particules fines liées à la pollution. Pour rappel, ces minuscules particules en suspension dans l'air "affectent plus de personnes que n’importe quel autre polluant " selon l'Organisation Mondiale de la Santé. Plus elles sont fines, plus elles sont dangereuses, en particulier pour le système respiratoire.

Les deux villes européennes les plus touchées par ce phénomène sont Prague et Istanbul, où l'on respirerait l'équivalent de quatre cigarettes en quelques jours. La France se situe dans la moyenne avec deux cigarettes inhalées. Enfin, Barcelone et Dublin font office de bonne élèves avec seulement un cigarette respirée pour leurs habitants.

Des résultats sous-estimés ?

Des chiffres inquiétants mais qui pourraient être sous-estimés, selon l'ONG. D'après celle-ci, les villes auraient tendance à falsifier les analyses de particules fines dans l'air en les plaçant les récepteurs dans "des parcs, des rues calmes ou en les éteignant". De nombreux pays dont la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie encourraient pourtant déjà des amendes pour n'avoir pas respecté les limites fixées par l'Union Européenne.

Pour arriver à ces conclusions, Transport and Environment a eu recours à la la méthode Berkeley. Cette dernière permet de calculer l'impact négatif de la pollution sur la santé en établissant un parallèle avec la cigarette. Selon ces calculs, respirer 22 microgrammes/m3 de particules fines produirait le même effet que le tabagisme sur les poumons. L'ONG a appliqué cette méthode aux relevés moyens dans les 10 villes européennes entre le 1er et 8 août dernier.