Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Santé

Des microplastiques s’infiltrent jusque dans les placentas des fœtus  

©Dotted Yeti/Shutterstock

Selon une étude italienne parue ce mois de décembre, des particules de microplastiques s'infiltreraient jusque dans les placentas des fœtus humain. Cette découverte inédite pourrait "avoir des effets à long terme sur la santé humaine”, alertent les auteurs. 

"C'est comme avoir un bébé cyborg". Des particules de microplastiques découvertes dans les placentas composent les fœtus non seulement "de cellules humaines", mais aussi "d'un mélange d'entités biologiques et non organiques". C'est en tout cas ce que suggère Antionio Ragusa, directeur de cette étude italienne parue début décembre dans la revue scientifique Environment International. D'après les travaux menés, cette découverte inédite serait "un sujet de grande préoccupation". 

Que dit l'étude ? 

Six placentas de femmes ont été étudiés et quatre d'entre eux ont supposé la présence de microparticules. En tout, douze fragments ont été découverts. Mais l'étude précise aussi que seulement 4 % de chaque placenta a été analysé, suggérant que le nombre total de microplastiques présents pourrait donc être beaucoup plus élevé. Concernant l'origine de ces éléments, elle pourrait provenir tant de produits d'emballage, de soin ou encore de cosmétiques. En d'autres termes, de tout objet de la vie quotidienne. Sur les douze, trois particules ont notamment été identifiées comme du "polypropylène teinté et du polymère thermoplastique", précise l'étude.

Les microplastiques, résultats de la dégradation d'objets en plastique, "transportent avec eux des substances qui agissent comme des perturbateurs endocriniens pourraient avoir des effets à long terme sur la santé humaine". Leur taille infiniment petite leur permet de s'infiltrer partout, de l'environnement aux organismes vivants : les tailles des douze éléments identifiés par les chercheurs varient de 5 à 10 micromètres (un micromètre est égal à 0,001 millimètre). Ce qui signifie "qu'ils sont suffisamment petits pour être transportés dans la circulation sanguine", rappellent les chercheurs. Si pour l'heure, leur présence à clairement été identifiée dans les placentas, peut-être ont-ils également pénétré dans le système des nourrissons ? "En raison du rôle crucial du placenta dans le soutien du développement du fœtus et en agissant comme une interface avec l'environnement externe, (...) des études supplémentaires doivent être effectuées pour évaluer si la présence de microplastiques peut déclencher des réponses immunitaires ou entraîner la libération de contaminants toxiques, entraînant des dommages", concluent les auteurs. Chacune des grossesses évaluées s'est toutefois déroulée normalement et les bébés sont bel et bien nés en bonne santé. 

Plastique et pollution dès le berceau

D'autres études avaient déjà suggéré l'impact que pourraient avoir le plastique et plus largement la pollution de l'air sur la santé des nourrissons. En 2019, "des chercheurs ont signalé la découverte de particules de pollution atmosphérique du côté fœtal des placentas", rappelle notamment le Guardian. Plus récemment, une étude parue en octobre dans la revue Nature Food nous apprenait qu'un bébé avalerait chaque jour en moyenne plus d'un million de microparticules de plastique détachées de son biberon.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre  guide pratique "Bébé (aussi)  sera écolo"  ! 68 pages d’idées pratiques, d’astuces, de conseils et de témoignages de parents et d’experts pour aider les jeunes parents à accueillir bébé en mode «  durable  » et à allier écologie et économies. 

Commandez dès à présent votre exemplaire sur notre boutique en ligne. 

Merci ! #TousActeurs