Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Une écologiste américaine au gouvernement allemand : mais qui est Jennifer Morgan ?

Jennifer Morgan, directrice de Greenpeace International, recrutée comme envoyée spéciale pour le climat par le gouvernement allemand.
©JOHN MACDOUGALL/POOL/AFP

La directrice générale de Greenpeace International, Jennifer Morgan, quittera ses fonctions le 28 février 2022 pour prendre le poste de représentante spéciale pour la politique climatique internationale auprès du gouvernement allemand. Mais qui est cette militante écologiste américaine arrivée au gouvernement allemand ?

Le gouvernement allemand se dote d’une nouvelle arme écologique. Lors d’une conférence de presse, le 9 février 2022 à Berlin, Annalena Baerbock, ministre allemande des affaires étrangères a présentée Jennifer Morgan, ancienne présidente de l’ONG environnementale Greenpeace depuis 2016, comme envoyée spéciale pour la politique climatique internationale au sein du nouveau gouvernement d’Olaf Scholz. Née en 1966 dans le New Jersey, la militante écologiste a dirigé de nombreux programmes internationaux sur le climat. Comment cette quinquagénaire au C.V impressionnant a fini par rentrer au gouvernement allemand ? Retour sur le parcours de Jennifer Morgan.

Une militante écologiste spécialiste des relations internationales

Après une formation en relations internationales, Jennifer Morgan, s’est rapidement spécialisée dans l’écologie en travaillant à partir de 1994 pour Us Climate Action Network en tant que coordinatrice. En 1998, Morgan intègre le célèbre World Wilde Fund for Nature (WWF) où elle dirige le programme sur le changement climatique mondial. La militante écologiste enchaîne ensuite les postes à responsabilité à commencer par sa position de directrice du think tank E3G pour le changement climatique. Là-bas, la spécialiste travaille en relation avec l’Union européenne sur les questions de réchauffement climatique mais aussi de sécurité énergétique en rapport avec la Chine et les Etats-Unis.

En 2009, l’Américaine reprend racine et retourne aux Etats-Unis pour occuper le poste de directrice du programme climat et énergie du Wolrd Resources Institute, un autre think tank environnemental. Basé à Washington, elle y dirige une équipe de chercheurs travaillant sur des propositions aux gouvernements pour stopper le changement climatique. Ces expériences en font une spécialiste des politiques internationales en matière d’écologie et d’énergie.

En 2016, elle devient ainsi la première femme, avec la danoise Bunny McDiarmid, à être nommée directrice générale de Greenpeace. Jennifer Morgan s’illustre ainsi sur la scène internationale comme figure incontournable de l’écologie en participant notamment à tous les sommets mondiaux sur le climat depuis 1995, comme le relate Greenpeace. Elle n’abandonne pas pour autant les actions de terrain. En octobre 2021, la directrice de Greenpeace participe ainsi au blocage d’une raffinerie Shell à bord d’un kayak pour demander l’interdiction de la publicité pour les combustibles fossiles.

Une fine connaisseuse de l’Allemagne  

Sa formation en sciences politiques et études germaniques à l’Université d’Indiana lui donnent les connaissances suffisantes pour travailler en Allemagne. Ce qu’elle entreprend en 1996 en décrochant la bourse de la Fondation Robert Bosch, lui permettant de parachever son apprentissage aux côtés du chef allemand des négociations à l’ONU sur le changement climatique. La militante écologiste a aussi collaboré avec le conseil allemand pour le développement durable et avec le Potsdam Institute pour la recherche sur l’impact du réchauffement climatique. Ces actions lui valent d’être nommée en 2011 membre honoraire du Germanwatch un lobby environnemental, et font d’elle une fine connaisseuse de l’Allemagne. 

Bien que Jennifer Morgan ne possède pas encore la nationalité allemande - dont elle a fait la demande - Annalena Baerbock considère la future ambassadrice comme "un rêve et un coup de pouce important aux efforts internationaux pour protéger le climat" ainsi qu'elle l'a déclaré lors de la conférence de presse. L'activiste sera alors chargée de soutenir l'Allemagne et l'Union européenne, via des conférences internationales, dans leurs actions pour lutter contre le réchauffement climatique. Une mission importante, notamment avec la présidence allemande du G7 cette année. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #9 : Comment vivre presque sans plastique ?

Au sommaire : état des lieux de la place du plastique dans nos vies, conséquences sur l'Homme et l'environnement, solutions pour s'en débarrasser... 68 pages de solutions pour passer à l'action.

 


 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs