Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

"Printemps écologique" : revoir les enjeux sociétaux par un prisme écologique

Le nouveau syndicat écologique compte déjà plusieurs syndicats constitués dans différents secteurs d'activités professionnelles.
©Printempsécologique

La nouvelle union de syndicat écologique, se donne sept ans pour devenir représentative au niveau national.

Une union de syndicats fraîchement créée, Printemps écologique, se donne sept ans pour devenir représentative au niveau national, avec plus de 8% des suffrages aux élections professionnelles, comme la CGT ou la CFDT, a annoncé à l'AFP l'initiateur du projet.

Nous avions la conviction que le coeur du problème écologique se trouve dans l'appareil productif et que le consommateur tout seul ne détient pas la solution. On a réalisé que l'outil syndical était adapté pour mener ce travail", raconte Maxime Blondeau, 35 ans, un des fondateurs et porte-parole.

Printemps écologique propose de "revoir les questions sociales et économiques au travail sous le prisme de l'écologie".

La protection des lanceurs d'alerte

Une assemblée confédérale doit se tenir en janvier ou février 2021 pour énoncer des revendications précises et nommer un Bureau, entre autres. D'ici là, parmi les revendications, Printemps écologique cite la protection des lanceurs d'alerte, la relocalisation du système productif ou le désinvestissement d'"activités nocives".

Depuis mai, cinq syndicats Printemps écologique ont été créés dans les services, la métallurgie-sidérurgie, le commerce non alimentaire, le secteur culture-médias-télécoms et la Fonction publique territoriale.  L'objectif est d'en créer 21, pour toucher à tous les secteurs, selon M. Blondeau. Le syndicat vise également 1.000 adhérents d'ici la fin de l'année (environ 200 actuellement), puis 15.000 à 20.000 fin 2021 et "se donne sept ans pour devenir représentatif au niveau national", dit M. Blondeau, qualifiant cet objectif de "très ambitieux". 

Cette union syndicale, qui assure ne bénéficier d'aucun soutien politique ou financier, revendique celui d'une soixantaine d'organisations non gouvernementales, dont France nature environnement.

Avec AFP.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, pré-commandez notre guide « La transition écologique Made in France » à tarif préférentiel jusqu’au 27 octobre sur Ulule.

Au sommaire :  interviews, quiz, conseils et astuces… 68 pages de solutions pour consommer 100 % local et responsable !

Pour en savoir plus et pré-commander votre guide, c’est par ici.

Merci ! #TousActeurs