Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

Présidentielle : les infox politiques sur le climat

Palais de l'Elysée à Paris le 10 mars 2021.
©LUDOVIC MARIN/AFP

Contre-vérités flagrantes, imprécisions ou données sorties de leur contexte : depuis le début de la campagne et toutes tendances confondues, les candidats à la présidentielle et leurs soutiens ont parfois pris quelques libertés avec les faits. Tour d'horizon d'infox politiques liées au climat et à l'énergie, vérifiées par le service d'investigation numérique de l'AFP depuis septembre.

Le nucléaire, une énergie "sans aléas", selon Emmanuel Macron

Pour défendre son choix de construire de nouveaux réacteurs nucléaires, Emmanuel Macron a affirmé le 14 mars que l'énergie nucléaire n'était "pas sujet à des aléas", contrairement à l'éolien au solaire.

Experts et institutions, dont le lobby nucléaire lui-même ou l'Institut de radioprotection nucléaire (IRSN), admettent toutefois qu'entre aléas techniques ou climatiques, l'atome peut connaître lui aussi des hauts et des bas. Dernière illustration en date : jusqu'à 15 des 56 réacteurs français ont dû être mis hors service pendant l'hiver en raison de problèmes de corrosion. "Les aléas existent, c'est indéniable", souligne Ludovic Dupin, porte-parole de la Société française de l'énergie nucléaire (Sfen) - une des structures représentant la filière en France - tout en minimisant leur impact et en rejetant tout risque de black out.

Macron responsable d'un doublement de l'électricité au charbon, selon Marine Le Pen

"Emmanuel Macron a doublé la production de charbon, ce qui n'est pas un très grand progrès sur le plan environnemental" : cette affirmation de Marine Le Pen le 14 mars est trompeuse.

La production à base de charbon, la plus émettrice de CO2, a en réalité été divisée par 2,5 en France depuis l'élection d'Emmanuel Macron et ne pèse actuellement que 1 % du mix électrique en France Pendant cet hiver, le gouvernement a toutefois dû relever le plafond d'heures d'utilisation des deux dernières centrales françaises au charbon pendant deux mois, pour pallier les carences du nucléaire. La centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle), dont la fermeture était prévue le 31 mars, pourrait d'ailleurs reprendre du service cet hiver, a récemment indiqué le ministère de la Transition écologique.

Le recours aux pesticides à un niveau record sous Macron, selon Yannick Jadot

"On n'a jamais utilisé autant de pesticides que sous le quinquennat Macron", a affirmé le candidat EELV Yannick Jadot le 22 mars.

Les données disponibles, qui ne s'étendent que jusqu'à 2020, contredisent cette affirmation : elles font apparaître, depuis 2017, un net recul des ventes (-20 %) comme de l'utilisation des pesticides (-9 % en moyenne triennale) dans l'agriculture. Au cours du quinquennat, l'exécutif a toutefois reculé sur deux dossiers emblématiques sur les pesticides : il a renoncé à sa promesse de 2017 d'interdire le glyphosate "au plus tard dans trois ans" et a partiellement réautorisé dans les cultures de betteraves des néonicotinoïdes, accusés de décimer les colonies d'abeilles.

Il n'y a pas de "lobby nucléaire", selon Bruno Le Maire

Excédé par les critiques des écologistes, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait assuré le 10 novembre que "le lobby nucléaire n'exist(ait) pas" et avait préféré parler, au sujet de cette filière, d'un "savoir-faire français".

Cette déclaration ne cadre pas avec la réalité. A Paris ou Bruxelles, des entreprises et des organisations mènent bien des activités de lobbying ou de "plaidoyer" pour défendre et promouvoir cette énergie auprès des pouvoirs publics et combattre des orientations qui lui seraient défavorables, selon plusieurs acteurs de la filière interrogés par l'AFP. "Bien sûr que nous faisons" du lobbying, avait ainsi indiqué Jessica Johnson, porte-parole de Foratom, structure représentant à Bruxelles les industriels du nucléaire de 15 pays. Selon des données publiques, EDF emploie 9 salariés à plein temps à Bruxelles en charge de la promotion des intérêts du groupe et a dédié jusqu'à 1,2 million d'euros à cette activité en France en 2020.

Ce mode d'action n'est toutefois pas propre au nucléaire : de nombreux autres secteurs d'activités - dont les énergies renouvelables - mais aussi des ONG comme Greenpeace font eux aussi du lobbying auprès des décideurs même s'ils ne disposent pas tous des mêmes armes.

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre nouveau guide Idées Pratiques #10 : Vacances écolo, mode d'emploi

Au sommaire : état des lieux de l'impact du tourisme sur l'environnement, conseils et bons plans pour allier plaisir et écologie... 68 pages de solutions pour préparer vos vacances en mode écolo. 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques

#TousActeurs