Elisabeth Borne, Salon de l'agriculture 2023.
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP
Politique

Pesticides : pour Elisabeth Borne, il ne faut pas "répéter les erreurs du chlordécone"

Élisabeth Borne a annoncé lundi "un plan de développement d'alternatives pour les produits phytosanitaires les plus importants", assurant les agriculteurs du soutien de l'État et affirmant qu'il n'est pas question de "répéter les erreurs du chlordécone".

"Concrètement, cela signifie chercher à identifier de nouveaux usages, de nouveaux outils et de nouveaux produits pour mieux protéger les récoltes - tout en préservant notre biodiversité", a déclaré la Première ministre au Salon de l'Agriculture. Elle a livré les premières briques d'un plan annoncé samedi par le président Emmanuel Macron, visant notamment à coordonner l'action de la France avec celle de l'Union européenne pour offrir "de la visibilité" aux agriculteurs concernant les produits qu'ils pourront ou non utiliser dans leurs champs.

Les ministres appelés à présenter "une nouvelle stratégie nationale"

La cheffe du gouvernement a appelé ses ministres de l'Agriculture (Marc Fesneau), de la Transition écologique (Christophe Béchu) et de la Recherche (Sylvie Retailleau) à "présenter une nouvelle stratégie nationale" sur les produits phytosanitaires "d'ici l'été".

"Ce nouveau plan Ecophyto 2030 sera construit avec tous les acteurs impliqués, au premier rang desquels les agriculteurs. Ses moyens seront augmentés", a-t-elle dit sans avancer de chiffres. "Je veux être claire : en matière de produits phytosanitaires, nous respecterons désormais le cadre européen et rien que le cadre européen", a-t-elle assuré, alors que ces dernières années, la France a choisi d'interdire certaines substances, nocives pour l'environnement, mais qui étaient encore autorisées au sein de l'Union européenne. "Nous ne créerons aucune distorsion de réglementation pour nos producteurs, sauf en cas de force majeure, quand la santé publique est menacée", a-t-elle ajouté.

Éviter les "impasses"

"Notre approche est fondée sur la science et les avis des scientifiques. C'est la méthode que nous appliquons sur tous les produits. L'autre point cardinal, c'est qu'on ne transige pas avec la santé publique. Personne ici ne veut répéter les erreurs du chlordécone", a-t-elle souligné en référence au puissant pesticide utilisé jusqu'en 1993 dans les bananeraies françaises des Antilles et à l'origine de nombreux cancers. Mme Borne a demandé à ce que soient identifiées l'ensemble des substances en cours de réexamen en vue du renouvellement de leur autorisation de mise sur le marché, pour voir "celles qui sont les plus en risque (de sortir du marché, ndlr) dans les prochaines années".

Nous devons mettre au point des alternatives, chimiques et non-chimiques, crédibles et efficaces. J'insiste sur ce point, car nous ne pouvons plus être uniquement dans la simple substitution d'une solution chimique par une autre."

"Ensuite, nous devons mettre au point des alternatives, chimiques et non-chimiques, crédibles et efficaces. J'insiste sur ce point, car nous ne pouvons plus être uniquement dans la simple substitution d'une solution chimique par une autre", a-t-elle dit. Ce plan vise notamment à rassurer les agriculteurs qui voient l'éventail des pesticides autorisés (insecticides, fongicides ou herbicides) se réduire ces dernières années, les laissant face à des "impasses".

En janvier, le gouvernement avait dû renoncer à autoriser l'usage dérogatoire de semences de betteraves enrobées de néonicotinoïdes, un pesticide toxique pour les abeilles, à la suite d'une décision de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE). Les producteurs avaient vivement protesté, affirmant se retrouver sans aucune solution pour protéger leurs betteraves sucrières face à une éventuelle attaque virale de jaunisse - rappelant que cette maladie avait détruit près d'un tiers de la récolte française en 2020. Le 15 février, l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a également annoncé son intention d'interdire les principaux usages du S-métolachlore, un herbicide très utilisé en France, dont les dérivés chimiques ont été retrouvés dans l'eau au-delà des limites autorisées.

Avec AFP. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici !  

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez en prévente notre guide Idées Pratiques #12 : "Ecologie : gagner plus, dépenser moins”. 

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour associer économies avec écologie ! 

Cliquez ici pour découvrir et précommander votre guide Idées Pratiques sur Ulule. 

#TousActeurs 

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.