Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.
INFO PARTENAIRE

Pas de gaspillage pour nos déchets !

© Schroders

Etant donné le peu de signes de réduction des déchets ménagers, comment peuvent-ils être utilisés pour produire de l'énergie et réduire l'utilisation des combustibles fossiles ? Cet article est paru dans l'Agefi quotidien du 16 avril 2019.

Personne ne veut les voir, mais ils sont partout ! Selon la Banque mondiale, le volume des déchets solides municipaux - constitués d'articles de la vie quotidienne jetés - devrait presque doubler, passant de 1,3 milliard de tonnes à 2,2 milliards de tonnes d'ici 2025. Selon cette estimation, nous passerions de 1,2 kg de ces déchets par personne et par jour à 1,4 kg au cours des 15 prochaines années. Le Forum économique mondial prévoit que les océans contiendront plus de plastique que de poissons d'ici 2050, ce qui souligne l'ampleur du défi. L'augmentation des revenus et l'accroissement de la population urbaine accélèrent la quantité de déchets solides produits. Les pays développés de l’OCDE produisent près de la moitié des déchets mondiaux.

Néanmoins, les déchets sont de plus en plus perçus pour ce qu'ils pourraient être : une denrée précieuse. Une tonne de déchets solides peut produire de 500 à 600 kWh d'électricité. Avec environ 700 millions de tonnes de déchets produits chaque année dans l'OCDE, cela représente environ 370 000 GWh d'électricité potentielle, dont environ 35 % sont actuellement mis en décharge. La transformation de tous ces déchets solides en électricité pourrait réduire la production d'électricité à partir de combustibles fossiles dans les pays de l'OCDE d'environ 6 %, ce qui, selon le bouquet énergétique, équivaut approximativement à éliminer les émissions de gaz à effet de serre de la Norvège, du Portugal et de la Slovaquie réunies.

Il s'agit bien sûr d'un sujet complexe. Il n'existe pas de solution universelle à la question de la transformation des déchets en énergie. Cependant, les régulateurs et les entreprises sont de plus en plus conscients de la possibilité de réduire considérablement l'impact sur les émissions mondiales, et leurs actions, ainsi que l'amélioration des technologies, offrent des opportunités commerciales de plus en plus intéressantes.

Le domaine est susceptible de continuer à évoluer ; les technologies vont de la combustion traditionnelle des déchets pour produire de la chaleur à de nouvelles approches comme les bactéries mangeuses de plastique, et de nouvelles idées continuent à émerger. Etant donné l’absence de réduction du volume de déchets produits, leur transformation en trésor semble cruciale pour limiter l'augmentation de la température à 2°C.

L’OCDE produit près de la moitié des déchets mondiaux : un trésor à utiliser ?

dechetsagefi.JPG