Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.
INFO PARTENAIRE

Élimination du plastique : réinventer la gestion des déchets

© MOHAMED ABDULRAHEEM, Shutterstock

Selon la Banque mondiale, la quantité de déchets et le coût de leur traitement devraient doubler d'ici 2025.

Jusqu'ici, ce coût (de 20 à 250 $/tonne pour la collecte et 10 à 100 $/tonne pour l’enfouissement) a été majoritairement supporté par les gouvernements, les clients finaux et la société, mais le sentiment à ce sujet est en train de changer – ce qui crée une multiplicité d’opportunités potentielles.

Les pressions pour l'élimination progressive du plastique provenant des politiques, de la réglementation et de la sensibilisation des consommateurs devraient disrupter le secteur de la gestion des déchets. Les infrastructures commencent à être réglementées en Europe, et la récente décision de la Chine de restreindre les importations de déchets (dont la plupart viennent des États-Unis, du Japon et d'Allemagne) incitera d'autres régions à investir et à innover pour relancer leurs industries du recyclage. Logiquement, les pays qui dépendent de la Chine seront les premiers à devoir revitaliser leurs industries. L'Europe est déjà relativement avancée dans le recyclage des déchets plastiques, avec une augmentation de près de 80 % sur la dernière décennie, comme le montre le graphique ci-dessous, mais le potentiel de progression reste fort.

Des innovations encore fragmentées, mais un fort potentiel

L’innovation dans des types de plastique plus durables (compostable, biosourcé…) a augmenté, mais crée de vrais défis car chaque matériau requiert un tri et un recyclage adapté. De nouvelles solutions robotiques pourraient accélérer les progrès - l'automatisation des usines de recyclage, de nouveaux types de trieuses, des robots recycleurs et autres technologies seront nécessaires à mesure que les flux de déchets se complexifient. Selon BAML, 80 % des membres de l'industrie interrogés aux États-Unis s'attendent à ce que le tri soit automatisé à 100 % et le recyclage à 72 % d’ici 2030.

Vu le caractère local et fragmenté de l'industrie, identifier les gagnants et les perdants nécessitera une analyse poussée. Les opérateurs européens commencent à innover dans le recyclage, et on constate déjà davantage de liens intersectoriels. La Chine devra localiser le tri des ordures ménagères : les acteurs locaux devraient en bénéficier.  Aux États-Unis, l'innovation viendra probablement des start-ups.

Les restrictions chinoises associées aux pressions sur le plastique créent les conditions pour une industrie du recyclage plus efficace, rentable et collaborative. De nouvelles zones géographiques, applications et produits pourraient induire une croissance du marché de 7-9 %.