Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.
INFO PARTENAIRE

LES PLANS VERTS FLEURISSENT À TRAVERS LE MONDE

Aux États-Unis, la loi sur la réduction de l'inflation de 2022 (Inflation Reduction Act : IRA), signée le 16 août 2022, devrait, entre autres, aider les États-Unis à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 40 % en 2030 par rapport aux niveaux de 2005. C’est une étape significative vers l'objectif américain de réduction de 50 à 52 % en 2030.

LES PLANS VERTS FLEURISSENT À TRAVERS LE MONDE

Cette loi permettra d'investir 369 milliards de dollars (364 milliards d'euros) dans des programmes de sécurité énergétique et de lutte contre le changement climatique au cours des dix prochaines années. Les États-Unis se tournent ainsi vers une politique industrielle verte pour amorcer leur transition énergétique.

Des crédits d’impôts sur les panneaux solaires, les éoliennes ou encore l’hydrogène vert permettront de sécuriser les filières indispensables à la transition énergétique. L’objectif est aussi de créer une chaîne d’approvisionnement américaine en matière d’énergies renouvelables. Par exemple, les automobilistes bénéficieront de crédit d’impôt sur les voitures électriques et hybrides rechargeables assemblées en Amérique du nord, entre autres contraintes.

Le plan met aussi l’accent sur l’efficacité énergétique et l’adaptation au changement climatique.

L’EUROPE MET LE PIED SUR L’ACCÉLÉRATEUR

En Europe, c’est le plan «  Fit for 55  » qui prend le relais du Green Deal européen. Son objectif principal est de réduire les émissions moyennes de gaz à effet de serre d’au moins 55 % au cours de la prochaine décennie et de mettre progressivement fin à la dépendance économique de l’Union européenne vis-à-vis des combustibles fossiles. Les mesures sont essentiellement autour de l’élargissement (et du durcissement) du système de quotas d’émissions carbone, de la création d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, des forêts, du durcissement des normes sur les voitures neuves, etc.

La guerre en Ukraine ayant accéléré le sujet de la transition énergétique, l’Union européenne a également présenté le plan «  REPower EU  » qui encourage les mesures fiscales permettant des économies d’énergie et accélère le déploiement des énergies renouvelables, entre autres.

Les deux plans européens et américains se retrouvent sur la notion de transition juste. L’IRA devrait permettre de créer des millions d’emplois locaux, de mieux protéger les familles les plus modestes et de baisser les factures énergétiques de 500$ à 1000$ par an. Le « Fit for 55 » propose la création d’un Fonds social pour le climat doté de 59 milliards d’euros pour la période 2025-2032 qui soutiendra les ménages et petites entreprises les plus vulnérables.

DES OBJECTIFS AMBITIEUX POUR LA CHINE

Les États Unis et l’Europe ne sont pas les seuls à agir pour cette relance verte. Le ministère chinois de l'Industrie a dévoilé en décembre 2021 un plan quinquennal visant le développement écologique de ses secteurs industriels, s'engageant à réduire les émissions de carbone et de polluants et à promouvoir les industries émergentes afin de respecter l'engagement de plafonner les émissions de carbone d'ici 2030. En effet, la Chine vise à atteindre un pic de ses émissions de carbone d'ici 2030 et à devenir "neutre en carbone" d'ici 2060.

Le plan quinquennal vise la réduction de l'intensité des émissions de carbone (les émissions produites par unité de PIB) de 18% en cinq ans, de l’intensité énergétique (la quantité d'énergie utilisée pour une unité de PIB) de 13,5%, et de porter la part des énergies renouvelables à 20%, contre 15% aujourd'hui. Les objectifs ambitieux de la Chine en matière de climat nécessiteront près de 19 000 milliards de dollars d'investissements pour les atteindre, selon le principal envoyé du pays pour le climat.