Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.
INFO PARTENAIRE

Hydrogène renouvelable : la clé d’une énergie verte en Europe

©Shutterstock/Diyana Dimitrova

Le 8 juillet 2020, la Commission européenne a présenté un plan audacieux de développement sur l’hydrogène vert qui, selon Bruxelles, doit devenir un outil clé et stratégique pour « décarboner » l’économie et l’énergie en Europe afin d’atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

L'hydrogène peut être utilisé comme matière première, comme carburant et comme solution de stockage d'énergie. Il trouve de nombreuses applications dans les secteurs de l'industrie, des transports, de la construction et de l'électricité. Surtout, son utilisation ne cause pratiquement pas d'émissions de CO2 dans l'atmosphère. L'hydrogène vert peut donc contribuer à la « décarbonisation » des secteurs qui peinent à réduire leurs émissions et dans lesquels cette réduction est urgente, comme la sidérurgie ou encore les transports aérien et maritime. Par exemple, pour réduire les émissions de production d’acier, l’hydrogène peut être injecté directement dans les hauts-fourneaux en remplacement partiel du charbon.

Le plan annoncé par la Commission européenne prévoit l'installation d'au moins 6 gigawatts d'électrolyseurs pour produire jusqu'à un million de tonnes d'hydrogène renouvelable d’ici 2024, et au moins 40 gigawatts supplémentaires d'électrolyseurs d’ici 2030, afin de produire jusqu'à dix millions de tonnes d'hydrogène renouvelable dans l'Union européenne (UE). Pour ce projet de long terme, la Commission européenne va investir entre 180 et 470 milliards d’euros d’ici 2050. En juin, l'Allemagne a annoncé un investissement de 9 milliards d'euros, avec l'ambition de devenir le premier producteur d'hydrogène dans le monde. Selon Frans Timmermans, vice-président exécutif du Pacte vert européen, « l’hydrogène propre est une pièce clé du puzzle pour parvenir à une économie sans carbone.

L’Union européenne est chef de file et veut le rester mais il va falloir redoubler d’efforts car les autres nous rattrapent. » Actuellement, le secteur de l'énergie est responsable de 75% des émissions de gaz à effet de serre de l'UE : la production et la consommation actuelles d'hydrogène dans l'UE s'élèvent à 9,8 millions de tonnes, principalement issues d'énergies fossiles. Le projet de la Commission européenne prévoit de le "verdir" progressivement, en le produisant par électrolyse de l’eau avec de l'électricité provenant de sources renouvelables. Selon les prévisions de la Commission européenne, de 2030 à 2050, les technologies de l'hydrogène renouvelable devraient arriver à maturité et être déployées à grande échelle. La part de l'hydrogène dans le mix énergétique européen devrait passer de moins de 2% aujourd'hui à 13-14% d'ici 2050.

La Commission européenne estime que, dans les premières années, une "période de transition" sera nécessaire pour garantir une production stable et des prix compétitifs. Pendant cette période d’autres processus de production, émetteurs de carbone, seront maintenus mais atténués par des techniques de capture de CO2. Cette décision a été fortement critiquée par plusieurs ONG, comme Transport & Environnement et Friends of the Earth, qui s'inquiètent pour le rôle important conservé, au moins temporairement, par le gaz.

Pour créer de nouvelles coopérations autour de l'hydrogène vert et soutenir les investissements nécessaires, la Commission a annoncé le lancement d’une Alliance européenne pour l'hydrogène propre, qui rassemble des représentants de l’industrie et de la société civile afin d'identifier des projets d'investissement viables.

Cesare VITALI, Responsable ISR