Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

En bref

Le climat au menu des réunions du FMI, un test avant la COP26

Siège de la Banque mondiale à Washington.
©Andriy Blokhin/Shutterstock

A deux semaines de la COP26, les réunions du FMI et de la Banque mondiale ont servi de test pour jauger la volonté des pays riches de s'attaquer sérieusement au changement climatique, même si les critiques ont fusé pour réclamer une action plus forte.

"Je crains qu'il ne soit temps de retrousser nos manches et de détailler notre plan d'action", a déclaré jeudi l'héritier de la couronne britannique, le prince Charles, lors d'un événement de la Banque mondiale. "Avec (...) une perte de biodiversité et une transition énergétique plus urgente que jamais, je ne peux que nous encourager à nous mettre tous au travail et à résoudre ce problème", a-t-il ajouté.

Mais derrière la rhétorique se cache la dure réalité, compte-tenu de l'ampleur du travail à réaliser pour atteindre les objectifs. Le plus grand gestionnaire d'actifs au monde, BlackRock, a souligné que les investissements sont coûteux, mais nécessaires pour éviter une catastrophe mondiale. Et, selon le groupe, les pays riches doivent mettre la main au porte-monnaie pour aider les pays émergents à faire leur transition.

"Les pays riches doivent consacrer un montant plus important de l'argent des contribuables pour assurer la transition à l'étranger vers le zéro émission" carbone, a ainsi estimé son dirigeant, Larry Fink, dans le New York Times, mercredi.

Atteindre l'objectif de zéro émission nécessitera 1 000 milliards de dollars par an d'investissements destinés aux pays pauvres, selon M. Fink. Ces pays ont besoin de 100 milliards de dollars de subventions annuelles pour être viables, a-t-il ajouté. "Bien que le chiffre semble décourageant, surtout au moment où le monde se remet de la pandémie de Covid, ne pas investir maintenant entraînera des coûts plus élevés à l'avenir", a-t-il argué.

Subventions aux combustibles fossiles 

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont, elles, documenté les effets du changement climatique et l'impact dévastateur si rien n'est fait. Le mois dernier, la Banque a ainsi publié un rapport montrant qu'avec une production agricole qui se tarit, des pénuries d'eau, l'élévation du niveau de la mer et d'autres effets néfastes du changement climatique, jusqu'à 216 millions de personnes pourraient être amenées à migrer au sein de leur pays d'ici 2050.

Parallèlement, une étude du FMI a montré que les subventions directes et indirectes aux combustibles fossiles s'élevaient à 5 900 milliards de dollars, soit environ 6,8 % du PIB mondial en 2020, contribuant à saper les objectifs climatiques en maintenant les énergies combustibles bon marché.

Mais pour certains détracteurs, la Banque mondiale, qui finance de nombreux projets de développement dans les pays pauvres, n'en fait pas assez. Une coalition de 77 groupes a même demandé la démission de son président David Malpass.

M. Malpass a, lui, défendu le bilan de la Banque, soulignant que la moitié des prêts était désormais consacrée à des projets en faveur de la lutte contre le changement climatique, un changement de cap par rapport aux années passées lorsque l'institution finançait des projets de barrage extrêmement controversés en raison de leur impact sur l'environnement.

Offensive aux Etats-Unis aussi ? 

Les groupes activistes ont, eux, dénoncé que depuis l'accord de Paris sur le climat de 2015, l'institution a orienté 12 milliards de dollars vers les combustibles fossiles. "La Banque mondiale a besoin d'un leadership qui soutiendra les pays avec de véritables voies de développement vertes et inclusives", a déclaré Luisa Galvao, de la section américaine des Amis de la Terre.

Cette semaine, les yeux étaient aussi rivés sur les Etats-Unis, pays hôte de ces réunions et l'un des plus grands émetteurs de carbone au monde. Le président Joe Biden a promis une offensive pour lutter contre le changement climatique.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a réuni cette semaine les dirigeants de plusieurs prêteurs multilatéraux - dont la Banque mondiale et des banques de développement en Europe, Amérique latine, Asie et Afrique - et les a exhortés à consacrer plus d'argent à des projets destinés à atténuer le changement climatique.

Le Trésor doit aussi examiner l'impact sur la population américaine alors que cette année, des tempêtes hivernales meurtrières ont frappé le Texas et le Midwest, des incendies de forêt ont ravagé la Californie et des ouragans successifs ont frappé la côte est.

Avec AFP.