Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Analyses

En 2020, feu vert pour la finance durable

©Augustin Lazaroiu/Shutterstock

La crise, quelle crise ? Les investissements dits responsables ou prenant mieux en compte l'environnement sont sortis renforcés de 2020, surtout en Europe. Pour continuer de grandir, ils ont besoin de se constituer de nouveaux cadres.

Où que l'on regarde sur les marchés, le vert attire. Dans la gestion d'actifs, de plus en plus de fonds se sont réclamés des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Les labels pour faire certifier cette démarche, comme l'Investissement socialement responsable (ISR), ont tourné à plein régime.

En 2020 en France, le nombre de fonds agréés ISR a presque doublé (618 contre 365 fin 2019) et a concerné près d'une centaine de sociétés de gestion, un nombre en hausse de 50 %. Désormais, ces fonds gèrent "bien au-delà" de 230 milliards d'euros, selon le label, qui n'a pas encore fini le recensement précis pour 2020.

Quant au marché obligataire, l'émission de dettes vertes au niveau mondial a augmenté de 12 % sur les 11 premiers mois de l'année, avec une vive accélération au deuxième semestre. L'Europe est de loin le premier marché, tant pour les entreprises que les États.

"Et 2021 sera encore meilleure" en raison de la quantité de dettes que tous les acteurs doivent émettre pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire, explique Jovita Razauskaite, gérante obligataire de NN IP.

"Tour de Babel"

L'appétit pour la partie durable est tel que de nombreuses appellations coexistent. Rien que sur le marché obligataire, une entreprise peut émettre une "dette verte" pour des projets précis et contrôlés, mais aussi une "dette de développement soutenable" alignée sur les objectifs du millénaire de l'ONU ou encore une "dette de transition", plus vaste. Sans compter les dettes dont les rendements dépendent d'objectifs de développement durable, avec des pénalités si l'entreprise ne les atteint pas.

Même constat sur la gestion d'actifs : "l'ESG est une tour de Babel sémantique", estime Emmanuelle Mourey, présidente du directoire de La Banque Postale Asset AM. "L'ESG est de l'auto-proclamation car il n'y a aucun cahier des charges précis. Le label ISR a le mérite d'imposer à la société de gestion de mettre en place une méthodologie stricte", poursuit-elle. Après l'élargissement des encours du label ISR, celui-ci commence à durcir ses critères, au début essentiellement conditionnés à la mesure de l'impact des investissements et à la bonne information des épargnants.

"C'est le moment d'augmenter le niveau d'ambition", confie à l'AFP Pierre Chabrol, chef du bureau épargne et marché financier à la direction générale du Trésor, qui gère le label ISR. Depuis 2020, "les fonds labellisés doivent pouvoir montrer des progrès concrets réalisés sur deux critères ESG qu'ils ont choisis". Le label doit continuer de monter en exigence dans les prochaines années. "Tous les acteurs sont du même avis", affirme-t-il.

Bataille des régulations

Les progrès se font pas à pas. "Est ce que cela va assez vite ? La réponse est sans doute non, mais on avance", estime Jean-Jacques Barberis directeur du pôle ESG d'Amundi. D'autant que si des mesures de l'impact d'un fonds sur les émissions de CO2 existent, la prise en compte d'autres facteurs, comme la biodiversité, n'en est qu'à des balbutiements.

Dans un univers encore à défricher, la bataille se joue dans la création de normes. Et la compétition est mondiale. Si elle est pionnière et leader dans la finance durable, "sur le sujet de la normalisation, l'Europe se fait battre régulièrement ces 25 dernières années", remarque Jean-Jacques Barberis, alors que les Etats-Unis de Joe Biden et la Chine pourraient passer à la vitesse supérieure.

Le Vieux continent a toutefois pris de l'avance, notamment sur les dettes, avec le standard européen d'obligations vertes. "Cela crée plus de clarté pour les investisseurs et des parties du standard peuvent être reprises dans d'autres régions du monde", confirme Bram Bros, gérant de NNIP.

Avec AFP.