Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Débat d'ID

ISR : "On est passé d'une pratique marginale à une pratique mainstream"

Débat d'ID.

Au programme du débat d'ID : les dessous de l'ISR. Léa Dunand-Chatellet et Thierry Philipponnat reviennent sur cette démarche en pleine expansion. 

À l'occasion de ce débat d'ID sur les dessous de l'Investissement Socialement Responsable (ISR), nous recevons deux invités : Léa Dunand-Chatellet, directrice du pôle investissement responsable chez DNCA Finance, et Thierry Philipponnat, économiste et directeur de l'Institut Friedland. 

L'ISR fait de en plus parler de lui : phénomène de mode ou changement profond des façons d'investir ? Comment distinguer le vrai investissement durable du greenwashing ? L'approche ISR et la performance financière sont-elles compatibles ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles nos invités ont tenté de répondre. 

Léa Dunand-Chatellet
Responsable du pôle investissement responsable chez DNCA Finance

"Vous avez deux concepts essentiels dans les fonds ISR qui sont complètement complémentaires et qu'on a beaucoup mélangés. Il y a d'abord la responsabilité de l'entreprise : est-ce que moi, en tant qu'acteur économique, je me comporte bien vis-à-vis de mes salariés, vis-à-vis de mes fournisseurs, vis-à-vis de mes clients ? Est-ce que j'ai une bonne gouvernance ? Est-ce que je regarde mon impact sur l'environnement ? Cela concerne toutes les entreprises et tous les secteurs. 

Ensuite il y a le thème du développement durable : est-ce que je fournis des produits et des services qui ont un impact positif sur les enjeux du développement durable ?" 

Thierry Philipponnat
Economiste et directeur de l'Institut Friedland

"Il y a un phénomène de mode et c'est tant mieux. Il y a quinze ou vingt ans, l'ISR était l'affaire de quelques idéalistes qui se disaient 'Pourquoi le monde n'est pas meilleur ?' Aujourd'hui, c'est en train de devenir la façon normale d'investir.

Si le but est de trouver des sociétés qui, sur des périodes de trois, cinq ou dix ans, vont avoir une belle performance économique, l'ISR est extrêmement pertinent."