Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

"Y'a plus d'eau !" : la police de l'environnement tente de faire passer le message

©Jonathan Kemper /Unsplash

Dans un mas très chic du Lubéron, en Provence, la police de l'environnement repère en patrouillant une pelouse bien trop verte pour être conforme aux restrictions d'utilisation de l'eau imposées face à la sécheresse historique que connaît la France.

- "Bonjour, c'est la police de l'environnement, on voulait vérifier l'arrosage de vos pelouses", lance Christophe Chaboud, agent de l'Office français de la Biodiversité (OFB).

- "C'est une location de vacances et ce sont des employés qui gèrent l'arrosage", lui répond un jeune homme sortant de la piscine de ce domaine située dans une des régions les plus touristiques de France.

Christophe Chaboud relève le nom du propriétaire et promet de faire le point avec lui. Une dizaine d'agents de l'OFB sillonnent le département du Vaucluse pour faire respecter les restrictions imposées sur l'usage de l'eau afin de préserver une ressource de plus en plus rare.

Ce week-end, l'un d'entre eux, Michaël Singevin, est tombé sur une riveraine qui arrosait sa pelouse à 15H00 avec de l'eau potable. Elle pensait comme beaucoup que "ce n'est pas sa petite utilisation qui va avoir un impact sur la sécheresse". Pourtant chaque geste compte dans un contexte où la quasi-totalité des départements français est en alerte sécheresse. La moitié vit même une "crise". "Oui, la pelouse est jaune en Provence, non, tu ne remplis pas ta piscine en plein été, on ne ponctionne pas non plus son puits car la ressource sous-terraine aussi manque: il faut faire des efforts à tous les étages", martèle Gilles Blanc, inspecteur environnement à la direction départementale des territoires.

Les fontaines typiques de ces villages provençaux doivent être mises à sec et les agriculteurs n'ont pas le droit d'irriguer en journée. "Y'a plus d'eau ! On essaie de faire passer le message", insiste Christophe Chaboud qui invite à consulter le site "Propluvia" géolocalisant les restrictions par bassin versant.

Des moyens limités

A fin juillet, sur la centaine de contrôles estivaux effectués dans le Vaucluse, les policiers de l'environnement ont surtout fait de la pédagogie, expliquant aux contrevenants qu'ils risquaient jusqu'à 1500 euros d'amende pour un particulier et 7500 euros pour un professionnel. L'OFB a des moyens limités. Les maires, la police et gendarmerie ont aussi ce pouvoir de contrôle des usages de l'eau mais ils ont déjà beaucoup à faire avec le risque feux de forêts.

En août, ils craignent des conflits pour l'usage de l'eau. Dans cette région à la fois très touristique et agricole, la situation est complexe car certains agriculteurs ont le droit d'irriguer sans les mêmes restrictions via les bornes de la Société du canal de Provence. Une réserve d'eau que la Provence s'est constituée en aménageant au XXe siècle les lacs de barrages du Verdon et de Serre-Ponçon destinés notamment à assurer l'alimentation en eau et l'irrigation de la Provence jusqu'à Marseille.

Mais Gilles Blanc plaide pour un usage plus raisonné de ce "trésor bleu" alors que les trois-quart du département seront placés en situation de crise d'ici le 8 août. A Sault, village comptant quelque 1500 habitants permanents, l'afflux de touristes est massif cet été. La consommation d'eau a doublé sur le plateau de cette commune connue pour ses champs de lavande. Mais à quinze jours de la fête de la célèbre plante aromatique, les restrictions se multiplient. "La station de lavage des voitures va fermer et il faudra expliquer à des viticulteurs qu'ils ne pourront pas irriguer, même en goutte-à-goutte, à 15 jours des vendanges", énumère Gilles Blanc. "On va avoir un mois d'août terrible" et s'il ne pleut pas cet automne "on entre dans l'inconnu", anticipe l'inspecteur de l'eau.

Au-dessous du pont romain Saint-Julien, près d'Apt, le lit de la rivière est dur comme de la pierre, faisant craindre des inondations au moindre épisode cévenol, ces pluies abondantes et brusques typiques des zones méditerranéennes. "On est inquiet", répètent les policiers de l'environnement. Pour eux, il faudrait de toute urgence, adapter les cultures, systématiser le goutte-à-goutte, lutter contre l'imperméabilité des sols et restaurer les zones humides qui stockent l'hiver et restituent de l'eau l'été. Une approche qui n'a pas encore fait son chemin dans toutes les têtes. Un peu plus bas dans la vallée, un arboriculteur arrosait à grande eau par 34 degrés ses pommiers.

Avec AFP.