QUESTION DU JOUR

Une tribune pour que "le climat soit vraiment enseigné à l'école"

©panitanphoto/Shutterstock

Plusieurs étudiants demandent dans une tribune adressée au ministre de l'Éducation et publiée dans Reporterre "que les mécanismes et les conséquences des changements climatiques, la perte de la biodiversité (et) l’éducation au développement durable" soient intégrés au sein des programmes de seconde et de première.

Dans une lettre ouverte adressée au Ministre de l'Éducation nationale et de la jeunesse, Jean-Michel Blanquer, et publiée le 15 décembre dernier dans Mediapart, plusieurs scientifiques, enseignants et citoyens déploraient le peu de place laissée à "la transmission des bases scientifiques essentielles à la compréhension des problèmes majeurs que sont le dérèglement climatique et l’effondrement de la biodiversité" dans les nouveaux programmes du lycée pour les cinq prochaines années. Parmi les signataires, la climatologue Valérie Masson-Delmotte, le président du conseil scientifique de l’Agence française pour la biodiversité Gilles Boeuf et le directeur général du WWF France Pascal Canfin. 

En tant qu’hôte de la 21e Conférence des parties des Nations unies sur les changements climatiques en 2015 qui a donné lieu à l’Accord de Paris, la France se doit d’être exemplaire en matière d’engagements environnementaux et climatiques. 

Cette lettre ouverte est aujourd'hui appuyée par plusieurs jeunes, étudiantes et étudiants qui publient une tribune dans Reporterre."Nous, jeunes, étudiants et étudiantes, déplorons la grave insuffisance de contenu dans ces programmes sur les changements climatiques et sur l’effondrement de la biodiversité. Nous (...) avons ressenti à de multiples reprises l’absurdité de notre ignorance face à la gravité des enjeux. Nous (...) demandons à ce que les mécanismes et les conséquences des changements climatiques, ainsi que les solutions possibles pour les atténuer ou s’y adapter, soient plus largement intégrés au sein des programmes de seconde et de première (...), et à une plus large échelle au sein du système éducatif français", indiquent-ils notamment.

Plus tôt en décembre, Valérie Masson-Delmotte précisait au Journal de l'environnement : "Sur 1800 à 2000 heures d’études, collégiens et lycéens suivront quelques dizaines d’heures, au plus, sur le climat". Selon elle, le renforcement de l'enseignement du changement climatique et de la biodiversité dans les nouveaux programmes du lycée permettrait de mettre en œuvre l'article 12 de l'Accord de Paris.

Soutenez-vous la mobilisation des jeunes pour que l’éducation au climat devienne un enseignement fondamental ?

Choix