Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

le débrief'

Transition écologique : les actus de la semaine du 17 janvier

©Oleksandr Chub/shutterstock

Découverte d'un récif corallien en bonne santé, écarts de richesse d'envergure, des années de plus en plus chaudes... Voici ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine. 

Vols à vide : Air France-KLM soutient Lufthansa

Suite à la polémique des "vols fantômes", amorcée par la compagnie aérienne Lufthansa, Air France-KLM s'est positionnée du côté de cette dernière, appelant la Commission européenne à faire preuve de souplesse

Si la Française assure ne pas avoir opéré de vols à vide de ses appareils, elle plaide "plus de flexibilité dans l'application des règles de force majeure permettant de déroger à la règle de 50 % d'utilisation des créneaux horaires", a-t-elle précisé par communiqué.

L'extinction d'espèces animales met à mal la végétation

Avec l'extinction de certaines espèces animales, les végétaux peinent à s'adapter au réchauffement climatique, selon une étude parue dans la revue Science. En cas de sécheresses à répétition par exemple, lorsque le climat local devient inhospitalier pour les plantes, celles-ci migrent vers des régions plus humides, à l'aide notamment d'oiseaux et mammifères qui dispersent leurs graines. Mais selon les auteurs, la capacité d'adaptation de ces plantes, qui comptent sur les animaux, a déjà été réduite de 60 %. 

L'appétit pour la consommation de biens et d'objets, autre responsable du réchauffement

Un rapport publié cette semaine rappelle la responsabilité de la consommation de biens, dans le réchauffement climatique. Selon The Circle Economy, auteur du rapport, les Etats misent sur la réduction des émissions liées aux énergies fossiles pour contenir la hausse des températures à 1,5 degré, oubliant celles liées à la consommation. 

Quelque 500 milliards de tonnes de matières vierges ont été utilisées depuis 2015, assure le rapport : 10 % à peine ont ensuite été recyclées. Plaidant pour l'économie circulaire, les auteurs ajoutent que 70 % des émissions sont liées à la production manufacturière et à l'utilisation de biens. 

Les écrans, premier poste de consommation du numérique

Télévisions, ordinateurs, smartphones... Selon un rapport conjoint de l'Agence de la transition écologique (ADEME) et du régulateur des télécoms (Arcep), les écrans sont les premiers responsable de l'empreinte environnementale du numérique en France, comptant pour 64 à 92 % de son impact total. Après analyse d'une dizaine d'indicateurs, les centres de données sont le second poste, responsables de 4 à 22 % de l'empreinte du numérique. 

Les sept dernières années, les plus chaudes jamais enregistrées

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) l'a confirmé cette semaine. Ces sept dernières années, la période 2015-2021, ont bel et bien été les plus chaudes jamais enregistrées.

2016, 2019 et 2020 arrivent respectivement en tête de ce classement. "Pour la septième année consécutive, la température mondiale a dépassé de plus de 1 degré les niveaux préindustriels", a précisé l'OMM, ajoutant que ce réchauffement devrait "se poursuivre en raison des niveaux records de gaz à effet de serre présents dans l'atmosphère". 

L'écart de richesses se creuse toujours plus

Un rapport de l'ONG Oxfam paru lundi assure que la fortune des dix hommes les plus riches du monde a doublé depuis le début de la crise sanitaire. De l'autre côté du spectre, les revenus de 99 % de l'humanité ont fondu. Ces dix personnes comptent par exemple, selon le classement Forbes, Elon Musk, Jeff Bezos, Bernard Arnaud, Bill Gates, ou encore Mark Zuckerberg.

Dans le même temps, tandis que certaines fortunes ont publié une lettre ouverte intitulée "Taxez-nous" pour réduire ces inégalités, plusieurs organisations internationales, dont Oxfam, ont calculé que la mise en place d'une taxe à moins de 5 % aux plus riches de la planète permettrait de collecter chaque année 2520 milliards de dollars par an

COP15 : un texte insuffisant

Tandis que la COP15, sommet mondial sur la biodiversité, doit se tenir au mois d'avril prochain, des chercheurs se sont penchés sur le texte provisoire qui doit y être présenté. Selon eux, il est toujours largement insuffisant : "Nous sommes au milieu d'une crise de biodiversité, avec un million d'espèces menacées d'extinction", a rappelé auprès de l'AFP Paul Leadley, co-auteurs du rapport. 

Pour l'heure, une coalition de 75 pays plaident pour la mise en place d'au moins 30 % d'aires protégées d'ici 2030. Une mesure qui, "si elle est bien faite, peut être très importante concède Paul Leadley, mais reste largement insuffisante pour stopper la perte de biodiversité".

Une enveloppe à 21 millions d'euros pour la protection des océans

Dans le même temps, la France assure qu'elle prendra part au programme OneArgo pour la surveillance et la protection des océans, au moyen d'une enveloppe de 21 millions d'euros, a-t-on appris auprès de l'Ifremer. Ce programme prévoit notamment la mise en service de nombreux flotteurs ces prochaines années dans les mers du globe, permettant de jauger et mesurer leur état. 

Un récif corallien découvert

Enfin, des scientifiques ont fait une heureuse découverte cette semaine au large de Tahiti. A quelque 30 mètres de profondeur, ils ont trouvé un récif de coraux géants en bonne santé. Celui-ci s'étend sur trois kilomètres de long et 30 à 65 mètres de large. Certains de ces coraux mesurent en outre deux mètres de diamètre. "Une découverte très inhabituelle", a commenté l'Unesco, partenaire de cette mission, par communiqué.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c'est par ici.

#TousActeurs